Articles tagués sexe

2014-037 – La Manif pour Tous fête ses 100 ans d’inquiétude face au changement

Je rendais hommage samedi dernier aux manifestants « Pour Tous » et à leurs slogans choc.

Je découvre aujourd’hui qu’ils ne sont qu’une résurgence d’un combat ancien. Pascal Riché, de Rue 89, rappelle qu’en 1906 un pédagogue déclarait déjà :

Nous estimons que, de 12 à 18 ans, elle ne peut avoir que des conséquences fâcheuses, si du moins on ne veut pas dénaturer le caractère de chaque sexe, efféminer les jeunes hommes, viriliser les femmes, et détourner les uns et les autres de leur vraie destination dans le monde.

La cause des ces déclarations ? L’école mixte. Je ne crois pas qu’il y ait beaucoup de monde aujourd’hui pour regretter l’enseignement séparé des garçons et des filles.

Mais aujourd’hui, personne ne s’en inquiéterait réellement, hein ? Encore moins un éditorialiste d’un grand quotidien national ? Vérifions ce qu’en dit Yves Thréard, du Figaro.

Homme ou femme en France, ne formerons-nous bientôt plus qu’une espèce d’être asexué (ni mâle ni femelle, ni père ni mère), non identifié (ni Blanc ni Noir ni Jaune) et privé de toute vie intime ? C’est peut-être exagéré, mais c’est à se le demander depuis dix-huit mois que la gauche est au pouvoir.
[…]
Hollande a programmé la suppression du mot « race » de la Constitution.

Rappelons que le mot race ne s’applique aux humains que pour les désigner dans leur ensemble : la race humaine. Non, mais, comment peut-on aujourd’hui dire que l’identification des citoyens français dépend de leur couleur de peau ? Comment peut-on défendre la présence du mot « race » dans la Constitution, alors que celui-ci n’a aucun fondement biologique, et encore moins politique ?

, , , , , , , , , , ,

Poster un commentaire

94 – Dis maman, c’est quoi faire un procès à papa ?

J’ai plein d’idées d’articles, mais elles sont toutes trop longues pour mon état de motivation ce soir.

Alors je suis allé faire un tour sur lemonde.fr, à la recherche d’une inspiration courte.

Deux articles séparés de quatre mois se répondent de manière… intéressante :

Round one

Fais-moi l’amour, sinon je divorce !

point de vue de Daniel Borrillo, juriste qui analyse la condamnation d’un mari pour une raison que je n’imaginais pas possible. Extrait :

Un récent arrêt de la cour d’appel d’Aix-en-Provence condamne un homme au divorce à ses torts exclusifs et à verser 10 000 euros de dommages et intérêts à son ex-épouse au motif qu’il ne lui a pas assez fait l’amour durant leurs vingt et un ans de mariage. Mais comment, dans un État démocratique, en sommes-nous arrivés là ? […]
La formule de l’article 215 du code civil « Les époux s’obligent mutuellement à une communauté de vie » implique une double dimension, vivre ensemble – communauté de toit – et entretenir des rapports sexuels – communauté de lit.

La vache ! Quand madame l’adjointe au maire nous a lu les extraits du Code Civil, j’ai bien écouté, mais je n’ai pas vu les sous-titres ! Je savais pour la communauté de toit, mais pas pour la communauté de lit. C’est quand même assez incroyable que les juges aient à se prononcer sur ce qui se passe – ou pas – dans le lit conjugal – ou pas. Ça pose en passant l’amusante question de la charge de la preuve… A part des aveux du « réfractaire au devoir conjugal », comment prouver l’absence de vie intime ?

Bref, comme le conclut l’auteur, il est temps de mettre un terme à l’intrusion de l’État dans ce qui relève exclusivement de la vie privée d’un couple.

Round two

Le second article, par Martine Laronche,  est intitulé « Dis maman, c’est quoi faire l’amour ? »

Il est bien écrit, court et droit au but :

« Dès qu’on donne à l’enfant les premières informations sur la sexualité, la différence des sexes, le rôle du père dans la conception, la grossesse, l’accouchement, il faut lui expliquer l’interdit de l’inceste et de la pédophilie »

Je trouve ça assez bien vu pour aider les parents, parfois mal préparés à ces incontournables de la curiosité enfantine. Notamment au regard des difficultés de l’Éducation Nationale à traiter ces questions.

Fight : Faut-il vraiment tout dire ?

Parce que bon, si je relie les deux articles ensemble, j’arrive à une conclusion étrange. Dois-je expliquer à mes enfants que, oui, il arrive que Papa et Maman fassent l’amour, parce que sinon, ça peut se finir au tribunal ?

Plus le temps passe, et plus je trouve le job de parent compliqué… 😀

Et vous ? Des questions compliquées de la part de vos enfants ?

, , , , , , , ,

2 Commentaires

69 – article érotique

Comme tout bon joueur de bingo vous le dira, le 69 est un numéro spécial. Il n’y a donc pas de raison pour que cet article soit différent. Je déclare donc le 9 mars, 69e jour de l’année, journée nationale de l’érotisme ! Qu’on se le dise !

Voici quelques liens qui méritent lecture, parce que, parce que, parce que bon, ils sont intéressants, et ont un rapport avec le sexe, thème de cette journée nationale.

  • Les pieds dans le couple, article vieux de 3 jours de l’indispensable Maïa Mazaurette. Elle y conte sa découverte de la bizarrerie de son amoureux estranger.
  • Deux épisodes incontournables de Là-bas si j’y suis : La boîte à outils, et Vous avez compris la petite allusion ? Je suis particulièrement fan de cette dernière, qui me rappelle le répertoire inépuisable de chansons grivoises de mon grand-père.
  • Je suis l’heureux propriétaire du seul et unique (à ma connaissance) jeu de rôle érotique français : Romance érotique. C’est un OVNI, ça ne plaira pas à tout le monde, mais à ce prix-là, ça mérite le coup d’œil. Pour répondre à ma femme : non, je ne compte pas m’en servir avec mes trois joueurs habituels…

Et maintenant, place à la musique.

Au début, l’amour se cherche.

Mais le risque avec le temps, c’est d’oublier les fioritures pour aller droit au but..

…voire de se perdre en chemin (ou pas).

Zut, j’ai l’impression que ma journée de l’érotisme s’est un peu écarté du sujet. Vous pourriez même dire que je diverge. Et dix verges, c’est tout ce qu’il me fallait pour en appeler à la mémoire du maître.

Voilà, le lien parfait entre érotisme et humour, incarné avec grâce par notre défunt génie. Et sur ce sujet, je ne vois pas qui pourrait le remplacer (le premier qui répond Bigard, il est banni de commentaire pour un mois).

, , ,

1 commentaire

30 – Un article sur le sexe, ça devrait grandement augmenter la fréquentation de ce blog

J’ai écrit avant-hier qu’il ne fallait pas accorder toute sa confiance au système scolaire pour enseigner à nos enfants les subtilités, les pièges et les grandeurs de la reproduction humaine.

Le premier commentaire de l’article m’a conforté dans mon idée. Je cite Lucie, enseignante de son état :

Faut dire que les manuels, d’une part abordent uniquement l’aspect “technique” de la chose, et d’autre part, restent très flous sur tout ça: exemple: “la fécondation qui marque le début de la grossesse se produit dans la partie supérieur de la trompe: les spermatozoïdes y arrivent quelques heures après l’acte sexuel.”
voilà voilà. y a comme un blanc.
Forcément, toutes les mains se lèvent comme un seul homme: “mais comment les spermatozoïdes….”c’est vraiment à l’enseignant de se prendre en main et de réfléchir bien à son truc. maintenant moi je l’étudie tous les ans parce que ils ne savent tellement rien que même peu c’est déjà énorme. (suis-je claire?). Une fois qu’ils ont compris que les bébés ne sortent ni par les fesses ni par les seins et que personne ne pose de graine dans le nombril de la mère, ils ont une demande avide de renseignement.

Ma chère Lucie, j’ai un début de commencement de réponse. Il est tiré d’un livre qui a beaucoup marqué mon adolescence. Le zoologiste Desmond Morris y étudie notre espèce comme si elle n’était qu’un animal parmi tant d’autres. L’approche scientifique fait beaucoup pour dédramatiser les descriptions. Lucie, voici quelques morceaux choisis du chapitre 2, sobrement intitulé « sexe« , qui pourront t’aider à raconter à tes élèves ce qui se passe avant l’arrivée des spermatozoïdes dans la trompe  :

Le comportement sexuel de notre espèce passe par trois phases caractéristiques : la formation du couple, l’activité pré-copulatoire et la copulation en général, mais pas toujours dans cet ordre. Le stade de la formation du couple, appelé généralement stade de la cour, se prolonge de façon très remarquable si on fait la comparaison avec les autres animaux, puisqu’il dure fréquemment des semaines, voire des mois. Comme chez bien d’autres espèces, il est caractérisé par un comportement hésitant, ambivalent, qui implique des conflits entre la peur, l’agression et l’attirance sexuelle. […]
Après le premier tade des manifestations visuelles et vocales, on procède à de simples contacts corporels. […]
Une grande partie de ce stade de la formation du couple peut avoir lieu en public, mais quand on passe à la phase pré-copulatoire, le couple recherche la solitude et les types de conduite suivants sont pratiqués dans la mesure du possible à l’écart des autres membres de l’espèce.[…]
Les contacts de bouche à bouche atteignent leur fréquence la plus élevée et leur durée la plus longue au cours de cette phase […]
Entre ces assauts de stimulation orale du partenaire et l’accompagnant avec fréquence, on observe aussi de nombreuses manipulations de la peau.[…]
Tels sont donc les stimuli sexuels prodigués au partenaire durant les poussées d’activité pré-copulatoire, et qui produisent une excitation suffisante, sur le plan physiologique, pour que la copulation se produise. La copulation commence par l’insertion du pénis du mâle dans le vagin de la femelle.[…] Le mâle commence alors une série de poussées rythmées du bassin.[…]
La phase copulatoire est en général beaucoup plus brève que la phase pré-copulatoire. Le mâle arrive dans la plupart des cas à l’éjaculation du sperme au bout de quelques minutes […]

Voilà. J’espère t’avoir aidé dans ta courageuse démarche d’éducation sexuelle de tes élèves. Si d’aventure les parents desdits élèves n’appréciaient pas les questions que ton cours ne manquera pas de provoquer à la maison, recommande-leur la lecture salutaire de cet excellent livre, Le Singe nu de Desmond Morris.

Comme tu pourrais tomber sur des géniteurs chafouins, qui auraient l’outrecuidance de te reprocher l’usage d’un livre daté de 1971, n’hésite pas à les renvoyer vers un livre bien plus récent (2005) du même auteur, et qui en reprend les grands thèmes : La Femme nue.

, , , , , ,

2 Commentaires

%d blogueurs aiment cette page :