Articles tagués révolution

2013-026 – La série « Revolution » a tout faux. Je vous la recommande.

Je vous ai parlé il y a quelques temps de la série Revolution.

revolution-nbc-550x310
Le pitch est court – ce sont les plus efficaces : nous sommes en 2028, tous les appareils électriques se sont arrêtés depuis 15 ans.
Il s’agit donc d’un univers post-apocalyptique assez classique. Après la catastrophe, les humains ont dû se réorganiser considérablement. Le niveau technologique est revenu à l’ère industrielle, à base de puissance animale et de vapeur.

Une série pleine de qualités…

Sachez que le créateur J. J. Abrams a aussi pondu Lost et de Fringe. Si comme moi vous pensez avoir perdu bêtement plus de 100h de votre vie à regarder Lost, attendez un peu avant de partir en courant. Il a appris de ses erreurs.
Vous retrouverez donc des personnages attachants et complexes, des mystères, des flashbacks, des mystères, la musique d’ambiance, des mystères, des traîtrises inattendues, et des mystères.

Mais.

Un gros Mais.

Vous n’aurez pas, du moins durant la seule saison à ce jour, de mystère sans réponse. Et ça, c’est énorme ! Enfin, pas en tant que tel. C’est surtout un soulagement après Lost.

…mais où la science n’est souvent qu’un prétexte.

La grande différence entre le genre science-fiction et le genre fantastique, c’est que le premier est censé justifier tous les événements de manière scientifique. Par exemple, les vampires peuvent exister dans les deux genres. Dans le premier, ils seront expliqués par une maladie ou une mutation. Dans le second, ils seront expliqués par une malédiction divine ou un sortilège.

Revolution fait partie de la première catégorie. Les événements devraient donc respecter les théories scientifiques les plus récentes, ou une nouvelle théorie si nécessaire. C’est bien le cas.

Mais derrière cette réflexion globale réussie se cache un échec dans les détails. Tout d’abord, de nombreux objets antérieurs au black-out sont retrouvés par les personnages. Ils sont tous parfaitement fonctionnels. Dans notre société du tout-jetable, il y a bien peu d’objets manufacturés dotés d’une aussi longue conservation sans entretien (obsolescence programmée ou pas).

Plus largement, le niveau de vie est ramené, en Amérique du Nord, au XIXe siècle. Les déplacements se font à cheval. La vie est organisée autour des cultures. Je trouve cela peu crédible.

L’épistémologie, ce n’est pas un gros mot.

L’évolution des sciences se fait par progrès successifs dans toutes les disciplines. Personne n’a inventé l’automobile. Il y a d’abord eu des chariots, avec de nombreux modèles de roues et de fixations. Puis l’installation d’une propulsion. Chaque étape, chaque petit progrès, a nécessité des centaines d’innovations.

Si toute la planète perdait l’électricité demain, qui connaîtrait, pratiquement, les techniques pré-électricité du XIXe siècle ? Une infime partie doit être connue de quelques rares historiens, répartis sur toute la planète.

Pas convaincu ? Demandez aujourd’hui à un concepteur d’automobile de concevoir intégralement une voiture des années 70. Il lui manquera la connaissance de dizaines de contraintes.

Idem avec un médecin que vous priveriez de toute la pharmacopée moderne. Il connaît les médicaments, peut-être même leur composition chimique. Bon courage pour reproduire un antihistaminique, sans aucune machine électrique.

L’ingénieur Thomas Thwaites a essayé de réaliser seul un grille-pain. Il en a démonté un. Il a ensuite tenté de reproduire toutes les pièces en extrayant lui-même les matières premières. « The Toaster Project« , le récit de son échec est très amusant et instructif à lire. Tonton Alias en parle ici.

En conclusion, je pense que si les appareils électriques s’arrêtaient demain, notre niveau technologique régresserait bien plus loin que le XIXe siècle, du fait de la perte de savoirs et de savoir-faire. Il faudrait redécouvrir tout le processus agricole local, puisque les transports que nous connaissons disparaitraient.

On peut imaginer que nous finirions par revenir à l’ère de la vapeur. Mais en quinze ans seulement ? Rien que le nombre d’animaux nécessaire poserait un énorme problème. Il faudrait comparer le ratio chevaux/humains de l’époque et maintenant. J’ai trouvé 2 420 000 chevaux en France en 1950. Revenir à une telle quantité demanderait bien plus que quinze ans…

Le progrès technologique est comme un déplacement en monocycle. Dès qu’on s’arrête, on tombe et on se fait mal !

Post scriptum : oui, le personnage principal du premier épisode de Revolution se savait ardemment recherché. Il n’a cependant pas cru utile de changer de nom après avoir déménagé…

, , , , , , , , , , , ,

6 Commentaires

10e interruption des programmes : le résumé du blog

Arrêtez tout !

Le philosophe Michel Serres vient de publier Petite Poucette, qui est ni plus ni moins qu’un résumé des meilleurs articles de ce blog. Quoi, mes chevilles ?

Trois courts extraits de son interview, que je vous recommande chaudement :

notre monde traverse une phase de changements gigantesques. Comme on est obnubilé par l’économie, on ne pense la crise qu’en termes économiques, mais il y a tellement de choses plus importantes qui nous mettent en crise! Cette crise d’ailleurs, c’est principalement le malaise dans nos têtes devant les immenses changements qui sont à l’œuvre.

Par exemple… 
Nous étions 50% d’agriculteurs à la fin de la guerre et ils ne sont plus que 1%. Pendant ma vie humaine, et c’est unique dans l’histoire, la population mondiale a doublé deux fois! Quand je suis né, on était 2 milliards, on est 7 milliards aujourd’hui. Dans la même période, l’espérance de vie a triplé. C’est tout cela que l’on ne voit pas.

Pourquoi?
On sait qu’un tremblement de terre se passe en surface. Or la théorie des mouvements de plaques l’explique par des mouvements profonds. Ce que j’essaie d’expliquer, ce sont les mouvements profonds. La fin de l’agriculture, la victoire sur la douleur en médecine, l’allongement de l’espérance de vie. Tout cela a des conséquences énormes : quand mon arrière-grand-père se mariait, statistiquement, il jurait à sa compagne fidélité pour cinq à dix ans, maintenant c’est pour soixante ans.

Voilà pour le diagnostic.

Y a-t-il eu auparavant des moments d’inquiétude aussi forte qu’aujourd’hui?
Oui, bien sûr. Dans Petite Poucette , j’en décris deux autres, qui correspondent aux deux précédentes révolutions de l’humanité. La première se situe quand on est passé du stade oral au stade écrit. La deuxième, quand on est passé du stade écrit au stade imprimé. Maintenant, dans la troisième révolution, on bascule du stade imprimé au stade numérique. À chacune de ces trois révolutions correspondent les mêmes inquiétudes… À la première, Socrate fulminait contre l’écrit en disant que seul l’oral était vivant! Au moment de l’imprimerie, il y a des gens qui disaient que cette horrible masse de livres allait ramener la barbarie. Ils affirmaient d’ailleurs que personne ne pourrait jamais lire tous les livres, ce en quoi ils avaient raison. Il est donc naturel de retrouver les mêmes angoisses au moment d’une révolution qui est encore plus forte que les deux précédentes.

Voilà pour la mise en perspective historique.

Petite Poucette a 30 ans, et dans dix ans, elle prend le pouvoir. Dans dix ans, elle l’aura, et elle changera tout cela… Regardez le printemps arabe, le rôle des nouvelles technologies, le rôle des femmes alphabétisées dans ces pays, tout cela est déjà à l’œuvre. Et puis, reprenons l’histoire. En Grèce, avec l’écriture, arrivent la géométrie, la démocratie et les religions du Livre, monothéistes. Avec l’imprimerie arrivent l’humanisme, les banques, le protestantisme, Galilée, la physique mathématique… Il suffit de voir tout ce qui a changé lors du passage à l’écriture et à l’imprimerie. Ce sont des changements colossaux à chaque fois. On vit une période historique.

Et voilà pour le futur.

On vit une révolution, je vous l’ai déjà dit, non ?

, , , , , , , ,

Poster un commentaire

160 – Quelques séries TV, pour la route (1/3) : nouveaux venus

Si vous ne suivez pas l’actualité des séries TV, voilà une sélection de ce que je regarde en ce moment :

arrow-tv

Arrow

L’histoire d’Oliver Queen, un jeune héritier qui revient à Starling City alors qu’il était donné pour mort depuis 5 ans. Beaucoup de choses ont changé, mais pas autant que lui. Une ambiance polar qui n’est pas sans rappeler The Sentinel, mais visiblement l’histoire est construite pour durer. Je n’ai vu que les 7 premiers épisodes, jusque là ça tient la route. J’ai juste un peu de mal avec la réalisation super-léchée. L’apparence générique de sitcom américaine ne colle vraiment pas avec le thème. Déjà dans Smallville c’était limite, mais là ça ne va pas. Ça manque de crasse, de noirceur, de caméra qui bouge. J’adorerais voir ce que donne un épisode réalisé façon The Shield

revolution-nbc-550x310

Revolution

Le pitch de Revolution est excellent : en 2012, l’électricité disparaît de notre planète. En 2027, des survivants tentent de comprendre pourquoi, dans une société revenue à la technologie de la guerre de Sécession.

Bon, mes connaissances en physique me laissent à penser que c’est totalement impossible. Mais c’est le propre de la science de repousser les limites de ce qui est possible ou pas. De même, je pense que face à une telle remise en cause des bases de nos technologies quotidiennes, nos sociétés seraient incapables de retrouver aussi rapidement le niveau technologique précédant directement le développement de l’électricité. J’estime que nous retomberions bien plus bas. Parce que le développement technologique se fait en améliorant l’existant. Si l’existant ne fonctionne plus, il faut repartir de rien.

En attendant, les pérégrinations de la jeune Charlie Matheson sont distrayantes. Les scénaristes ne sont cependant pas toujours au point. Mention spéciale au père de l’héroïne, qui, se sachant recherché, n’a pas changé de nom en 15 ans et continue d’y répondre, même quand ce sont des inconnus armés qui lui demandent…

, , , , , , , , ,

Poster un commentaire

66 – Prospective 4/X : Les imprimantes 3D bis

Je vous ai déjà parlé des imprimantes 3D.

Une de mes recommandations était d’apprendre dès maintenant à utiliser des logiciels de modélisation 3D, pour créer vos propres plans.

Il semblerait que certains se soient déjà penchés sur la question pour vous mâcher le boulot : un logiciel utilisant la double caméra Kinect de la XBox 360 permet de générer un fichier de coordonnées 3D en plaçant un objet devant l’objectif.

On peut imaginer que ce fonctionnement puisse être reproduit avec n’importe quel appareil présentant deux capteurs vidéos, comme les derniers smartphones 3D (LG Optimus 3D, etc.)

Vous entrez dans un magasin de déco. Vous prenez trois photos d’un objet sous trois angles différents. Vous rentrez chez vous. Vous lancez l’impression 3D, dans un coloris adapté à votre intérieur. Vous pensez que la production chinoise a encore de l’avenir ?

Oui, pour produire des imprimantes 3D 😀

Merci pour l’info, Korben.

Et pour le plaisir des yeux, voici deux vidéos d’un Makerbot en action.

Bien sûr, pour l’instant, ça a l’air d’un gadget. Mais ce ne sont que les balbutiements d’une révolution. Attendez que des bases de données vous proposent des millions de plans. Ah, tiens, The Pirate Bay le fait déjà

, , , , , , ,

2 Commentaires

51 – Une révolution, ça se voit quand on est dedans ?

Révolution industrielle

La révolution industrielle désigne le processus historique du XIXe siècle qui fit basculer une société à dominante agraire et artisanale vers une société commerciale et industrielle. Cette transformation affecta profondément l’agriculture, l’économie, la politique, la société et l’environnement.

Ca, nous l’avons appris à l’école. Il est – relativement – facile d’étudier une révolution longtemps après son avènement. La suivante est plus récente, nos grands-parents l’ont vécu (changez en parents si vous faites partie des baby-boomers ou arrière-grands-parents si vous êtes de la Génération Y).

Révolution des déplacements voitures

Tout au long du XXe siècle, l’explosion du nombre de voitures a fait rétrécir le monde. Les populations qui, depuis des siècles, avaient pour seul horizon leur village, ont pu le quitter. Pour ce faire, il a fallu que, face à des véhicules parfois capricieux et sensibles, de nombreux bricolos mettent les mains dans le cambouis. Après ces pionniers qui ont défriché le terrain, le grand public a voulu profiter des mêmes avantages. Pour éviter des plaintes à répétition, les constructeurs ont choisi de verrouiller, de plus en plus, leurs produits. Il devient de plus en plus compliqué de faire soi-même sa vidange, par exemple. C’est à ce prix que les neuneus de la mécanique – comme moi – peuvent conduire une voiture.

Révolution ordinateurs

Les mécanos des années 60-70 ont vu leurs enfants passer leurs journées enfermés, le nez dans de drôles de boîtes. Certains pensaient même que ce n’était pas très sérieux, et qu’il n’y aurait jamais de travail pour ces bricolos-là. Ce qui montre bien l’aveuglement d’une génération pour la révolution à venir, voire en cours.

Que constatons-nous aujourd’hui ? L’évolution des ordinateurs est exactement la même que celle des voitures. Les fabricants s’orientent vers des boîtes noires, où l’utilisateur ne peut rien modifier. Un indice : les supermarchés ne vendent plus de disques durs internes, du moins dans mon département.

Révolution Internet

La dernière révolution reconnue comme telle, c’est le déploiement d’Internet. J’en arrive même à me demander ce que je faisais avec mon ordinateur avant d’être connecté, au siècle dernier.

Malheureusement (mais logiquement), cette révolution s’accompagne d’une contre-révolution, celle de la surveillance et du filtrage.

Mais celle-ci date déjà de plus de dix ans. Il doit bien y en avoir une autre en cours. Peut-être que nous avons tellement le nez dedans que nous ne la voyons pas.

Révolution smartphones

Les smartphones ne sont que de petits ordinateurs portables, connectés en permanence à Internet. Dit comme cela, ça n’a rien de transcendant. Pourtant, c’est bien la révolution en cours. A tel point que certains pourraient vouloir se cryogéniser pour voir la suite…

Nous ne sommes qu’aux balbutiements de l’expression du potentiel des smartphones. J’ai déjà parlé de quelques applications actuelles, mais les prochaines nous donneront probablement l’impression d’avoir été des dinosaures.

Révolution suivante ? Imprimante 3D ? Connexion neurale ?

Pas la peine d’aller si loin : il y en a une autre en cours. Si Internet est un formidable moyen de communication, il ne sert pas qu’à ça.

Dans Nous sommes tous singuliers : exit le marketing de masse!, Seth Godin énonce quatre forces qui sont les principaux moteurs de changement de nos civilisations. La première force nouvelle est la facilité de création.

Ce que j’écris ici, une part conséquente de la population mondiale pourra venir le lire dès que j’aurai cliqué sur « publier ». Et pourtant, le principe des blogs date à peine de 15 ans. Lorsque quelqu’un peint un tableau, il est facile de le mettre en ligne, visible par tous les connectés. Vous avez écrit un livre ? Oubliez les vieilles maisons d’édition, il existe d’autres solutions pour trouver des clients. Et encore, je ne parle que des éléments que je connais bien. Je suis sûr qu’il y a des milliers d’activités créatives que nous n’imaginons pas.

Nous avons, pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, des possibilités de création inimaginables par tous les humains nous ayant précédé.

Et vous ? Que faites-vous de ces révolutions ?

Vous les ignorez ?

Vous les subissez ?

Vous en profitez ?

Vous les créez ?

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Poster un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :