Articles tagués partage

2014-062 – [ploum] Pourquoi je suis un pirate !

http://ploum.net/je-suis-un-pirate/

Un excellent article de Lionel Dricot, qui fait écho à mes réflexions sur la HADOPI, et le partage en général. Il y aborde même la question de l’exception pédagogique au droit d’auteur. Pour faire court : quand vous étiez en classe, vous avez regardé un film en entier ? C’était illégal.

, , , , , ,

Poster un commentaire

2014-036 – [ploum] La fin de la toute-puissance (des États)

Ploum a écrit un très bel article, sur la lutte contre le piratage partage. Et surtout sur ce que l’échec de cette lutte veut dire pour la puissance des États aujourd’hui.

Cet article s’intitule La fin de la toute puissance. Extrait :

Malgré les sommes colossales investies, les milliers d’ingénieurs en charge de concevoir des produits luttant contre le piratage, des force de l’ordre qui traquent tout ce qui pourrait s’apparenter même de très loin à du piratage, des menaces, des peines disproportionnées, des accords trans-continentaux. Rien n’y a fait. Le piratage n’a pas baissé d’un iota. Il n’a même pas légèrement diminué. Le phénomène a tout simplement ignoré toutes les mesures prises par les gouvernements. Comme si ceux-ci n’existaient pas.

Si vous voulez en savoir plus sur la version française de cette lutte contre le partage culturel, je vous renvoie à cette lettre à quelques connaissances, et à cet article sur le mythe de Sysiphe.

, , , , , , ,

Poster un commentaire

2014-008 – Industrie culturelle et corruption, par Jérémie Zimmermann

Jérémie Zimmermann est un type brillant. Cette récente interview de lui vous rendra plus intelligent. Si, si !
http://journaleuse.wordpress.com/2013/12/29/culture-corruption-jeremie-zimmermann/

, , , , , , , , , ,

Poster un commentaire

2013-038 – HADOPI : le mythe de Sysiphe

En mars 2012, je vous racontais que la HADOPI ne sert à rien.

J’apprends ce matin que des mesures anti-piratagepartage et pro-filtrage seront proposées en janvier 2014. Elles viseront à empêcher les internautes de partager certains fichiers au moyen de streaming et de téléchargement direct.

Quelle meilleure preuve de l’actualité du Mythe de Sisyphe ?

Les pauvres tâcherons de la Haute Autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur internet ont péniblement mis en place un arsenal punissant les utilisateurs des réseaux d’échange peer-to-peer.

Qu’ont-ils constaté ? Que ce mode d’échange était moins utilisé, et que d’autres les remplaçait : le streaming (MegaUpload) et le Direct Download (RapidShare).

Comment vont-ils réagir ? En préconisant des mesures de punition pour ces usages.

Que croyez-vous qu’il arrivera ?

Les échanges vont s’arrêter ? Ou, plus probable, les internautes trouveront de nouveaux moyens d’échange ?

J’aimerais bien que ce soit du peer-to-peer chiffré et décentralisé, et donc incontrôlable…

En passant, je lance une idée : à quand un réseau de peer-to-peer « de proximité » dont les connexions ne se feraient pas par Internet ? On échangerait des listes de fichiers, une recherche nous dirait donc qui a les fichiers que nous cherchons. Il faudrait alors attendre de se croiser ou de se rendre visite pour que la copie de fichiers puisse se faire. Éventuellement, des Pirate Box pourraient servir de serveurs intermédiaires.

Cette technique perd l’instantanéité des échanges via Internet. Ce (gros) inconvénient est compensé par une sécurité quasi-totale : l’échange de listes de fichiers entre proches peut être solidement chiffré.

, , , , , , , , , ,

Poster un commentaire

2013-036 – Vers la sobriété heureuse, de Pierre Rahbi

Je lis mon premier livre écrit par Pierre Rahbi. Il s’agit de « Vers la sobriété heureuse« . Je vous remets ci-dessous un extrait, qui recouvre plusieurs thèmes abordés dans des articles de ce blog.

« Si l’on veut instaurer sur notre planète commune une équité inspirée par les impératifs moraux, on est amené à dire que, tant que l’ensemble des êtres humains n’a pas accès aux ressources vitales, il y a spoliation. Tant qu’un seul enfant naît dépourvu de ce qui lui revient légitimement en tant qu’être vivant, il y a usurpation car les biens venus de la terre, qui sont encore abondants, sont dédiés à tous les êtres vivants qu’elle héberge et non à ceux qui, par le pouvoir politique, la loi du marché, les finances ou les armes, s’en attribuent la légitimité. Un tel hold-up est aujourd’hui entériné par des lois qui en font une norme que l’on ne peut remettre en question. Tant que cette malhonnêteté ne sera pas considérée comme illicite selon l’ordre et l’intelligence de la vie, l’humanité ne pourra être pérenne. »

Ainsi, misère, pauvreté et richesse cohabitent sur notre planète commune et créent des hiérarchies de l’avoir et du pouvoir débouchant sur toutes les répressions – le tout imputable à l’idéologie du toujours-plus illimité. »

Les articles auxquels je ne peux m’empêcher de penser sont les suivants :

Il pose un diagnostic intéressant de nos sociétés occidentales, et trace une voie vers un avenir meilleur. Mais le point le plus intéressant est qu’il se penche aussi sur les contradictions inhérentes à son propre mode de vie. Pour diffuser ses idées au plus grand nombre, il est contraint de prendre part à la société capitaliste. La seule alternative étant le repli sur soi-même, il a choisi parmi tous les maux celui qui lui paraissait le moindre : propager son message passe avant sa propre exemplarité.

Je n’ai pas encore fini ce livre. Je sais cependant déjà qu’il prendra une grande importance dans mes réflexions.

Et vous ? Vous êtes-vous déjà penché sur la question de ce que vous pouviez changer en vous et autour de vous ?

, , , , , , , , , , ,

Poster un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :