Articles tagués livre

2013-041 – Y a-t-il encore des socialistes dans la salle ?

Bruno Gaccio vient de publier un bouquin, (presque) sobrement intitulé « petit manuel de survie à l’intention d’un socialiste dans un dîner avec des gens de gauche« .

Voici la présentation de Gaccio et de son livre par Arte.

Ce bouquin rejoint la courte liste de ceux qui m’ont fait rire sans que je puisse me retenir (cette courte liste comprend, à des degrés divers, l’intégralité des œuvres de Sir Terry Pratchett). Ce qui est très fort, c’est que le contenu correspond exactement au titre. Et que c’est hilarant quand même. Un vrai socialiste (si ça existe encore) qui le lirait pourrait vraiment appliquer les conseils que Gaccio distille. Parce que aujourd’hui, il est devenu très difficile d’être socialiste et de défendre ce gouvernement libéral (certains ajoutent « démocrate » après « libéral ». Je ne vois pas de raison de le faire après 19 mois de Hollande).

Bien sûr, on pouvait s’attendre à ce que le plus célèbre auteur des Guignols de l’info (putain, quinze ans !) n’ait rien perdu de son talent. Mais, des fois, avec l’âge, la plume s’émousse…

Il n’en est rien cette fois-ci. Lorsque l’on a la chance de ne pas être socialiste, on peut s’instruire en s’amusant grâce à ce bouquin. Si vous avez la flemme de l’acheter/emprunter/télécharger, vous pouvez toujours vous rabattre sur son interview sur Arte. Le ton est plus sérieux que le livre, mais vous avez bien 5 minutes à perdre en ce dimanche grisâtre ?

En conclusion, je vous invite à ajouter ce bouquin à votre liste au Père Noël, ou à l’ajouter sur votre liste de cadeaux. Plutôt que d’offrir une énième boîte de chocolat à des gens déjà en surpoids, offrez quelques heures de rire pour 9€90. Une bonne affaire !

, , , , , , , , ,

4 Commentaires

2013-036 – Vers la sobriété heureuse, de Pierre Rahbi

Je lis mon premier livre écrit par Pierre Rahbi. Il s’agit de « Vers la sobriété heureuse« . Je vous remets ci-dessous un extrait, qui recouvre plusieurs thèmes abordés dans des articles de ce blog.

« Si l’on veut instaurer sur notre planète commune une équité inspirée par les impératifs moraux, on est amené à dire que, tant que l’ensemble des êtres humains n’a pas accès aux ressources vitales, il y a spoliation. Tant qu’un seul enfant naît dépourvu de ce qui lui revient légitimement en tant qu’être vivant, il y a usurpation car les biens venus de la terre, qui sont encore abondants, sont dédiés à tous les êtres vivants qu’elle héberge et non à ceux qui, par le pouvoir politique, la loi du marché, les finances ou les armes, s’en attribuent la légitimité. Un tel hold-up est aujourd’hui entériné par des lois qui en font une norme que l’on ne peut remettre en question. Tant que cette malhonnêteté ne sera pas considérée comme illicite selon l’ordre et l’intelligence de la vie, l’humanité ne pourra être pérenne. »

Ainsi, misère, pauvreté et richesse cohabitent sur notre planète commune et créent des hiérarchies de l’avoir et du pouvoir débouchant sur toutes les répressions – le tout imputable à l’idéologie du toujours-plus illimité. »

Les articles auxquels je ne peux m’empêcher de penser sont les suivants :

Il pose un diagnostic intéressant de nos sociétés occidentales, et trace une voie vers un avenir meilleur. Mais le point le plus intéressant est qu’il se penche aussi sur les contradictions inhérentes à son propre mode de vie. Pour diffuser ses idées au plus grand nombre, il est contraint de prendre part à la société capitaliste. La seule alternative étant le repli sur soi-même, il a choisi parmi tous les maux celui qui lui paraissait le moindre : propager son message passe avant sa propre exemplarité.

Je n’ai pas encore fini ce livre. Je sais cependant déjà qu’il prendra une grande importance dans mes réflexions.

Et vous ? Vous êtes-vous déjà penché sur la question de ce que vous pouviez changer en vous et autour de vous ?

, , , , , , , , , , ,

Poster un commentaire

2013-014 – Virginie Despentes parle du livre numérique. Ou du moins, croit le faire.

Dans ce très intéressant article des Inrocks, Virginie Despentes parle du développement du livre numérique.

C’est juste dommage qu’elle ne parle que des quelques gros distributeurs.

J’ai mis du temps avant de lire sur tablette, j’avais des réticences. Mais à présent j’achète et lis souvent les romans français contemporains sur iPad. C’est essentiellement une question de place […]. Pour ce qui est de lire, je ne fais plus la différence. Au moment d’acheter le livre, c’est très différent – les plateformes e-book sont atroces, et je n’éprouve aucun plaisir à traîner sur Amazon, alors que j’aime vraiment les librairies, j’y passe énormément de temps, j’y vais souvent et j’y trouve toujours des livres improbables et géniaux que je ne cherchais pas du tout. C’est un vrai plaisir d’aller en librairie.

Donc ce que je redoute, c’est la fin de la librairie. […] La fin du livre papier, je ne sais pas. Il y a quand même quelque chose que le livre a, que n’avaient ni le cd ni le dvd : il reste plus pratique que son équivalent digital. Davantage que la fin du livre papier, je crains les facilités qu’offre le numérique : si on veut censurer une page, on l’efface dans toutes les liseuses. Si on veut retirer un roman, on l’efface dans toutes les liseuses, etc. Enfin le livre digital ne se prête pas. Ne s’offre pas. C’est ce qu’on a fait avec les livres, beaucoup, et c’est aussi comme ça qu’on lisait.

Elle vante les petits libraires qui font un travail de médiation remarquable. Et les compare aux gros opérateurs en ligne comme Amazon et Apple. Je vais mettre sa remarque sur le compte de l’ignorance. Parce qu’il existe l’exact équivalent des petits libraires qu’elle aime tant, sur internet. J’ai en tête, entre autres, publie.net, qui est réellement un modèle du genre.

Publie.net propose des ebooks sans DRM, qui sont donc copiables et offrables. Les tarifs sont raisonnables, généralement entre 4 et 5 euros le fichier. Oui, le fichier, pas une licence de lecture qui permet à Amazon de supprimer un livre en toute légalité. Un fichier ePub ou Mobi, on en est réellement propriétaire.

Il y a même un abonnement annuel au catalogue complet de cet éditeur. Pas façon « vous pouvez lire tout ce que vous voulez pendant un an, et après vous n’avez plus rien ». Non. « Vous pouvez tout lire pendant un an, et garder le catalogue complet de l’éditeur sur toutes vos machines. Pour 95€, ça paraît être un bon deal !

En conclusion, j’invite Virginie Despentes (et vous avec, hein) à faire en ligne ce qu’elle aime tant faire dans la vraie vie : ne pas acheter de livres dans les supermarchés, et privilégier les petits libraires. Oui, c’est plus compliqué. Il faut sortir de l’application préinstallée sur l’iPad. Il faut gérer ses fichiers.

C’est néanmoins la meilleure façon de ne pas gaver les gros éditeurs qui ne s’intéresseront jamais aux auteurs qui dérangent.

, , , , , , ,

Poster un commentaire

165 – LE cadeau idéal pour les fêtes (jeu-concours !)

Je sais, il est un peu tard. Vous avez tous fini d’acheter vos cadeaux le 15 novembre. Mais comme je ne peux pas exclure que l’un d’entre vous sorte tout juste du coma, et soit donc en panique à 9 jours de Noël, voici ma recommandation.

« La crise et moi », d’Anne-Sophie JacquesLa Crise et Moi, Anne-Sophie Jacques.
Si vous en avez marre des trois cent vingt-six plans de sauvetage de la Grèce
Si vous vous demandez au service de qui est réellement le ministère de l’économie et des finances…
Si vous voulez comprendre pourquoi les grandes réformes économiques aboutissent à des pétards mouillés…
Si le matraquage médiatique sur Lacrise vous paraît délirant…

…Ce petit livre est un excellent début de réponse.
Et le fait qu’il soit édité par le journal Arrêt sur Images (@si pour les intimes) est un bonus appréciable.

Peut-être est-il trop tard pour en commander un pour les fêtes. Qu’à cela ne tienne, j’enfile mon manteau rouge de Père Noël, et j’offre un exemplaire à mes charmantes lectrices et lecteurs. Qui plus est, j’offre un exemplaire dédicacé par l’auteur !

La règle du jeu est simple : laissez un commentaire sous cet article pour expliquer en quoi ce livre vous intéresse, avant mardi 18/12/2012 à 16h. Je choisirai le meilleur, je ferai dédicacer le livre à 19h (…), et je le posterai mercredi 19.
(Les lecteurs ne résidant pas en France ont le droit de jouer !)

PS: si vous le voulez pour Noël, pour vous ou pour offrir, le plus sûr reste de le commander !

, , , , , , , , , , ,

8 Commentaires

96 – The Hunger Games

J’ai terminé la trilogie Hunger Games. De l’américaine Suzanne Collins.

Dans une amérique post-apocalyptique, la cité du Capitole a réduit en semi-esclavage 12 Districts. Ils sont chargés de la fournir en produits primaires et secondaires. Chaque District doit annuellement fournir 2 adolescents. Qui seront envoyés aux Jeux. Le dernier survivant vit ensuite comme un roi. A survivre comme il peut avec ses traumatismes d’assassin-victime.

Mais tout part de travers durant les 74e Jeux. Lorsque Katniss Everdeen, du District 12, prend les organisateurs à leur propre piège.

J’aime.

Je comprends le succès. L’écriture est très efficace. La structure est solide. Les rebondissements sont surprenants et bien dosés. Les trois livres se tiennent indépendamment. Et l’enchaînement des trois les rend encore meilleurs.

Les critiques ont encensé les livres. Même le film hollywoodien à gros budget n’est pas une sombre bouse.

Katniss Everdeen

Les inspirations suivantes s’y retrouvent. De manière plus ou moins évidente.

  • Germinal
  • Thésée et le Minotaure
  • Koh-Lantah / Survivor
  • les gladiateurs romains
  • et surtout Spartacus
  • les révoltes en Russie soviétique (et tout autre système politique totalitaire)
  • les films futuristes à base de sports violents, comme Rollerball

Le tout forme un mélange bien conçu et détonnant.

Mais.

Mais il y a plusieurs choses qui me chagrinent.

La première porte le nom savant de « UST« . Unresolved Sexual Tension, tension sexuelle non résolue. Je ne vous révèle pas grand chose. Pendant trois tomes, Katniss va se rapprocher d’un homme. A 16 ans, elle se retrouve dans un univers violent. Incompréhensible. Cruel. Inhumain. Les pulsions adolescentes pourraient prendre le dessus. Que l’amour soit plus fort que la mort. Et…

Non. Grâce à l’utilisation du triangle amoureux. Katniss est déchirée. Elle ne sait pas lequel de ses deux prétendants choisir. Ce ressort dramatique est efficace durant un tome. L’étirer sur trois, ça en devient ridicule.

Il est donc acceptable d’écrire une série pour ados où les protagonistes se meurtrissent à tour de bras. Où la torture est omniprésente. Torture physique comme mentale. Mais que l’héroïne perde sa virginité ? Vous n’y pensez pas !

Citons la philosophe moderne Elizabeth Buffet. « Je sais pas vous, mais moi je trouve que ça manque de bite« .

Et surtout.

Qu’est-ce que c’est que cet univers ?

Le Capitole, une capitale high-tech. Capable de manipulations génétiques poussées. Disposant d’armes avancées. Et d’instruments de surveillance très très très modernes. Qui maintient pendant 75 ans 12 districts dans un état de pauvreté déplorable. Pour bénéficier de leur force de travail.

C’est difficile à croire. La guerre de sécession américaine l’a prouvé, l’esclavage est un très mauvais système de production. Un esclave n’est pas efficace. Un humain libre se bat pour sa propre survie. Et déploie des trésors d’ingéniosité pour y parvenir.

Les dirigeants du Capitole consacrent tout leur budget au maintien de l’ordre. Quitte à utiliser des esclaves, pourquoi ne les construisent-ils pas ? Des mutants dévoués, taillés sur mesure. Contrôlés électroniquement. Aucun risque de rébellion.

Ce seul point montre la volonté de l’auteur. Elle a construit un décor pour le spectacle qu’elle a prévu. C’est un très joli décor. Mais il sent le carton-pâte quand même. Les personnages ont des objectifs. Qui amènent à des confrontations crédibles. Mais l’univers est trop simpliste pour que je m’y sente à l’aise.

Et vous ? Lu ? Vu ? Plu ?

PS: j’ai tenté d’appliquer la « méthode Collins » pour lecteur formaté sur le Web, en m’employant à raccourcir au maximum mes phrases. Que pensez-vous du résultat ?

, , , , , , , , ,

6 Commentaires

%d blogueurs aiment cette page :