Articles tagués journalisme

2014-032 – L’intelligence est difficile à définir. Contrairement à son absence…

Avant-hier, Le Point a commis un article d’une rare stupidité. Ce qui est plutôt comique, pour un article qui prétendait traiter d’intelligence.

Allez donc jeter un œil à « Les gens intelligents n’écoutent pas Beyoncé« .

Quelques extraits pour illustrer les points qui fâchent dans cet article.

Un jeune surdoué de l’informatique s’est amusé à compiler les résultats scolaires de milliers de lycéens en les corrélant à leur playlist musicale.

Premier écueil, le titre et le chapeau sont très affirmatifs. Si vous êtes intelligent, alors vous n’écoutez pas Beyoncé. Et en bonne application des principes de logique (si a implique b, non-b implique non-a), si vous écoutez Beyoncé, vous n’êtes pas intelligent.

C’est prouvé « scientifiquement ». Les élèves qui obtiennent les moins bonnes notes au SAT (Scholastic Assessment Test, l’examen le plus important aux États-Unis pour le passage à l’université) sont fans de Beyoncé, Lil Wayne, Jay-Z, Justin Timberlake ou autres Akon.

Deuxième écueil, que faut-il comprendre à ce « scientifiquement » ? Les guillemets indiquent-ils que les résultats mis en avant ne sont pas le fruit d’une démarche scientifique ? Ou que la démarche est valable, mais que le sujet d’étude ne mérite pas « vraiment » que la science s’y intéresse ?

Pour autant, ce paragraphe maintient encore une façade de neutralité. Il n’y est pas présenté de lien de cause à effet entre les deux événements rapprochés. Mais…

Du propre aveu du « scientifique », les résultats valent ce qu’ils valent, et ne prouvent pas qu’il existe un lien de causalité entre les deux. D’autant moins que le SAT est un test qui évalue moins l’intelligence des étudiants que leur logique et leur mémoire. Mais cela n’empêche pas le graphique (ci-dessous) de circuler massivement sur Internet depuis 2009 !

Et voilà ! L’auteur de cet article du Point reconnaît que le test utilisé n’évalue pas l’intelligence, ET qu’il n’y a pas de lien de causalité entre l’intelligence et la musique écoutée. Il y a, au mieux, une corrélation. Donc le développement de cet article explique clairement que le titre de l’article est faux !

La chasse au clic fait des ravages, chez les « journalistes » (comme je critique l’emploi douteux de guillemets, je vais préciser ma pensée. Ne devraient mériter le titre de journaliste que ceux qui s’engagent formellement à respecter les 10 devoirs du journaliste selon la Charte de Munich…)

Il aurait été si simple d’expliquer que la musique que l’on écoute est principalement une question de culture (générale). Et que ces différences culturelles influent considérablement sur l’envie d’aller à l’école, la prédisposition à y participer pleinement, et donc le fait d’être bien évalué lors des tests.

En conclusion, vous pouvez lancer ce clip de Beyoncé, votre intelligence ne variera ni dans un sens, ni dans l’autre !

Pour votre édification, voici les résultats de l’étude commentée avec brio par Le Point.

2389128-virgil-jpg_2053405

, , , , , , ,

Poster un commentaire

2013-019 – Le Monde est-il encore un journal d’information ?

Le tout premier article de ce blog traitait déjà des médias, au travers du prisme des soi-disant informations boursières.

Ce ne sont pas des informations, tout juste des données. Pour devenir des informations, il leur manque un contexte qui permette de mettre les données en perspective.

Hier, le Monde a publié un article intitulé « Travail, capital, consommation… La France, pays à la fiscalité élevée en Europe« . Deux extraits choisis vont me permettre d’illustrer le total abandon de la moindre prétention journalistique.

1/ La France reste un pays au taux d’imposition élevé

Tout d’abord au global. Ce premier graphique présente le taux global d’imposition, en pourcentage du PIB. Avec 43,9% en 2011, la France est le 4e pays européen en matière de fiscalité, derrière le Danemark, la Suède et la Belgique. Notre pays a réduit légèrement ce taux depuis 2000, mais l’a augmenté entre 2010 et 2011.

Imaginez. Je vous annonce que, rendez-vous compte, de tout mon quartier, c’est ma voiture qui a coûté le plus cher. Et je vous fournis un graphique des coûts de toutes les voitures du quartier.

Est-ce que c’est une information ? Non.

Parce que toutes les voitures sont différentes, et que je ne vous en dis rien.
Parce que la mienne durera peut-être deux fois plus longtemps, ou consommera deux fois moins. Son coût d’achat n’est donc qu’une donnée. Elle ne peut devenir pertinente que si vous avez le reste du contexte.

Dans le cas de l’article du Monde, quels éléments de contexte sont manquants ? Oh, trois fois rien, juste la question de l’usage qui est fait de ces impôts. Ils servent (entre autres) à payer une scolarité gratuite et obligatoire jusqu’à 16 ans ? Et des universités très peu chères ? Nos voisins doivent payer bien plus ?

Aucune importance, notre taux d’imposition est le plus élevé. Avec le sous-entendu que c’est une mauvaise chose.

Second extrait.

En matière de tranche maximale de l’impôt sur le revenu, une manière de comparer les politiques fiscales européennes, la France n’est pas spécialement en décrochage. Elle se situe même légèrement en-deçà de l’Allemagne, et dans la moyenne européenne.

Tranches d’imposition : la France impose un peu moins que l’Allemagne

En matière de tranche maximale d’imposition des revenus des personnes physiques, la France avec 45% en 2013 est en dessous de l’Allemagne (47,5) et proche de la moyenne de la zone euro (43,3).

Comparer les tranches maximales d’imposition n’a aucun sens. Une rapide consultation Wikipedia, au hasard la page Fiscalité en Europe – Impôt sur le revenu, suffit à constater que la réalité de l’imposition est complexe. Les taux de 45% et de 47,5 s’appliquent après de très nombreux calculs. Je ne vais pas vous faire un cours de fiscalité, mais l’imposition réelle est forcément inférieure à ces taux. A titre indicatif, on peut très bien atteindre la tranche d’imposition à 14%, tout en ne payant que 5% d’impôt sur ses revenus.

Notez le choix des mots. Si la France avait le plus fort taux d’imposition, elle serait en situation de « décrochage ». La critique est maintenant explicite : un fort taux d’imposition est forcément une mauvaise chose. A aucun moment n’est posée la question des contreparties de cet impôt.

En conclusion, l’article du Monde incriminé n’est qu’une laborieuse reformulation d’un rapport d’Eurostat. A toutes fins utiles, je tiens à rappeler que la charte d’éthique professionnelle des journalistes dit que tout journaliste digne de ce nom « Refuse et combat, comme contraire à son éthique professionnelle, toute confusion entre journalisme et communication« .

, , , , , , , ,

1 commentaire

2013-018 – [IMPORTANT] Le revenu de base inconditionnel est LA solution pour sauver nos démocraties

Je vous en ai parlé il y a à peine plus d’un an. Le revenu citoyen est une façon de réformer durablement nos insupportables bureaucraties. C’est aussi la meilleure façon de concrétiser la démocratie.

Enfin, c’est une réponse au financement de très nombreuses activités jugées indispensables mais inadaptées au modèle de financement capitaliste, notamment dans le domaine de l’art ou celui du journalisme.

Si j’en reparle aujourd’hui, c’est pour vous annoncer le lancement de l’initiative citoyenne pour le revenu de base universel. Il s’agit en gros d’un sondage, contraignant pour l’Union Européenne.

Suivez les étapes, et terminez par la saisie de votre numéro de carte d’identité. N’ayez pas peur de cette étape. Le serveur est sécurisé, et votre numéro de carte d’identité tout seul ne sert à rien.

Et surtout, surtout, faites passer le mot autour de vous !

PS: la voie de « bonne gestion » prônée actuellement est inefficace et dangereuse.

, , , , , , , , ,

1 commentaire

67 – L’épreuve de vérité

Le Véritomètre, dont je vous parlais il y a 10 jours, poursuit son chemin.Voici le bilan du 06/03, où l’on constate que, malgré de nombreux mouvements,les candidats « de gauche » restent largement en tête. Les trois candidats « de droite » sont sous la barre des 50%. Bref, ça a l’air compliqué, de dire la vérité à droite…

Un point important : les scores sont basés sur la moyenne des notes depuis le début de la campagne. Le poids des mensonges et autres approximations passés va donc se faire de plus en plus lourd, et difficile à remonter. Les mauvais élèves le savent, il est difficile de sauver deux trimestres pourris lors du troisième. Bon courage aux candidats qui se sont déjà donné un gros handicap.

Mes lecteurs habituels se seront rendus compte que les articles sont plutôt légers en ce moment.

C’est vrai.

On pourrait même m’accuser de faire du remplissage.

Ce serait exagéré.

Il se trouve que mes journées sont bien remplies (ainsi que mes nuits, mais cela ne vous regarde pas !)

Donc, bonne nuit !

, , , , , , , , , , , , , , ,

4 Commentaires

58 – La vérité finit toujours par se savoir…

Après mon apologie du mensonge pour la bonne cause d’hier, je me devais de réhabiliter l’intérêt de la vérité.

Voici donc un nouveau site Web, le Véritomètre. Il me paraît bien parti pour rejoindre ces sites indispensables, dont on se demande comment on faisait avant leur invention.

Commençons par une image (qui vaut mieux), le long discours (qui vaut moins) est en-dessous.

Le véritomètre du 26/02/2012, à 11h36

Principes de fonctionnement

Cette application, conçue et réalisée par i>TÉLÉ et OWNI, vise à vérifier le discours politique des six principaux candidats (François Bayrou, François Hollande, Eva Joly, Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon, Nicolas Sarkozy) durant la campagne présidentielle.

Elle propose un recensement et une vérification des interventions des six principaux candidats. Ces interventions sont vérifiées par OWNI à l’aide des bases de données de l’application mais également de sources externes.

Chaque citation vérifiée est notée entre « correct » (ce qui correspond à une note de 100%), « incorrect » (ce qui correspond à une note de 0%), et « imprécis » (50%). La catégorie « imprécis » nous permet de noter les citations trop floues ou approximatives, sans pour autant pouvoir être considérées comme entièrement vraies ou entièrement fausses.

La note globale d’une intervention est calculée en divisant le pourcentage obtenu par le nombre de citations vérifiées pour cette intervention. La note globale d’un candidat est calculée sur le même principe de moyenne.

Classement d’hier

L’image ci-dessus montre le classement de la « crédibilité » des candidats. Et je ne peux pas résister au plaisir de constater que les trois candidats de gauche présents ont un meilleur score que les trois candidats de droite…

Défauts

Le principal écueil de ce système de notation, c’est que chaque vérité compte de manière identique. Un candidat qui voudrait manipuler sa note n’a qu’à enchaîner quelques statistiques – correctement – recopiées de l’INSEE, et sa note montera mécaniquement.

De la même manière, toutes les approximations et les erreurs reçoivent la même importance. Se tromper de 10% dans les chiffres du chômage, ça donne la même pénalité que prétendre que la présence d’immigrés sur le territoire est responsable du chômage, de la délinquance, du mauvais temps et de ma tendinite.

Bref, le véritomètre serait meilleur avec quelques coefficients pondérateurs. Mais il faudra alors décider de leurs valeurs, ce qui posera à nouveau des difficultés.

Conclusion

Cette initiative d’Owni et i>TÉLÉ est utile et bien conçue. Elle présente quelques défauts de jeunesse, mais rien d’insurmontable. J’espère qu’elle recevra suffisamment d’attention, pour que les politiciens accordent plus d’importance aux faits. Enfin, elle remplit exactement le rôle prévu par xkcd dans ce dessin :

"Citation nécessaire"

, , , , , , , , , , , , , , ,

Poster un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :