Articles tagués geek

2014-055 – [Myroie] L’interview. Partie 3 : Une rôliste débutante et enthousiaste

Cet article prolonge l’interview débutée ici, et poursuivie .

Tes tweets font parfois référence aux jeux de rôle. Depuis quand joues-tu ? Pourquoi ? Comment ?

J’ai toujours été intéressée par le Jeu de Rôle (enfin, à partir du moment où j’en ai entendu parler), mais les occasions m’ont souvent manquées parce que je fréquentais pas des cercles d’amis qui étaient vraiment passionnés par ce type de divertissement. J’avais tenté d’en faire une fois quand j’étais étudiante, mais c’était avec des gens que je connaissais pas très bien et finalement ça a vite capoté. Mais comme je l’ai dit, dernièrement, j’ai rencontré des tas de gens formidables, dont une rôliste (Keela Ciel d’Orage, sur twitter) qui a une imagination débordante et qui fait une excellente Maître du Jeu. Du coup, je joue à peu près une fois par mois avec elle et des amies qu’elle m’a présentées. C’est amusant parce qu’on est toutes sensibilisées au féminisme intersectionnel, du coup notre manière de jouer s’en ressent. Par exemple dans l’un de nos univers, je joue un « Nice Guy » parfaitement insupportable et ça créé pas mal de situations cocasses.

Pourquoi j’y joue, donc, ben parce que ça me plaît. En plus, je trouve que c’est un excellent moyen de développer son imagination et d’apprendre à improviser. Un peu comme au théâtre, avec les matchs d’impro. Plus ça va, plus je rentre dans mon personnage, plus je l’enrichis et plus je tente de jouer en fonction de son caractère. Des fois j’ai presque l’impression d’avoir un dédoublement de personnalité et c’est parfaitement jouissif.

Tu joues… uniquement avec des filles ? Ça existe, ça ? Blague sexiste à part, mon expérience de plusieurs clubs de jdr et de conventions est très majoritairement masculine. Vous faites le choix de jouer entre filles, ou c’est par absence de mec intéressé ?

Ouh, la vilaine blague : tu seras fouetté. Bref. Oui, effectivement, on est seulement entre femmes. Par hasard. Non, nous ne sommes pas des misandres castratrices, ça s’est juste fait comme ça. À mon avis, il y a bien plus femmes qu’on le croit qui sont intéressées par les milieux geeks, mais vu l’ambiance tendance misogyne qui règne dans les conventions, je comprends qu’elles les fuient. Personnellement, je suis toujours sur la défensive quand je me retrouve entourée de geeks masculins, parce que je sais que tous les délires de « fake geek girl » sont pas loin (avec les blagues pas drôles sur les sandwichs en bonus). Et comme ça m’emmerde de devoir me justifier auprès de mecs que je connais pas au sujet de mes passions et de mes loisirs, j’ai tendance à davantage me tourner vers celles qui me demandent pas de comptes… Et malheureusement, les personnes qui ne m’en demandent pas sont plus souvent des femmes. En fait, c’est tout juste si je fais ça consciemment. Je fréquente les personnes qui ne me jugent pas et qui sont bienveillantes. Je me retrouve donc plus facilement avec des personnes sensibilisées à l’intolérance et qui savent que toutes ces conneries de « fake geek girl » ne sont que des perpétuations du sexisme et de la mentalité de cloché (ne touche pas à mes passions, vil néophyte !). C’est con quand-même. Les gens sont près à tout pour se sentir originaux, y compris à rejeter les personnes qui s’intéressent aux mêmes choses qu’eux. Alors que bon, c’est chouette de rencontrer des gens qui aiment les mêmes choses que toi, je trouve. Et c’est pas grave s’ils connaissent moins ou s’ils s’y intéressent avec moins de passion, c’est toujours plaisant de partager des centres d’intérêts communs.

Mon expérience des filles en club, c’est plutôt un accueil respectueux. Bon, la plupart étaient des copines de joueurs. Mais je n’ai jamais été témoin du syndrome « fake geek girl ». Peux-tu me donner quelques exemples de ces déclarations misogynes ?

Oh, oui, bien sûr, il existe heureusement des cercles respectueux. Mais ce n’est pas la majorité, contrairement à ce que les geeks masculins de mauvaise foi veulent nous faire croire. De toute façon, quand on est un homme, on ne peut pas toujours se rendre compte de ce que c’est que vivre la misogynie. Une blague qui semblera anodine à ces messieurs sera blessante et lourde à porter pour une femme. C’est comme le harcèlement de rue : ce n’est pas parce que des hommes n’en ont jamais vu (forcément, ils n’en sont pas la cible !) que ça n’existe pas. Bref.

Je n’ai pas fréquenté de conventions de JDR donc je ne peux pas donner d’exemples dans ce milieu spécifiquement (même si j’ai déjà entendu des témoignages sur le sujet qui étaient pas super encourageants ; il ne faut pas se leurrer, aucun milieu n’est épargné par la misogynie). Par contre, j’ai déjà travaillé dans le milieu du jeu vidéo et j’ai été à quelques conventions de JV ou en rapport avec le Japon et les mangas (type Japan Expo). Ce sera toujours les mêmes problèmes (qui ont été très bien décrits dans l’article de Mar_Lard) : blagues lourdes sexistes, sous-entendus sur le physique de telle ou telle femme, dénégation de la capacité à jouer aussi bien qu’un homme (« alors tu joues à quoi, en dehors des sims ? »)… Comme exemple spécifique, je peux parler de ma première expérience de JDR : je jouais à Donjons & Dragons avec que des mecs. Ça peut paraître dérisoire, mais c’est toujours moi qui faisait à bouffer, et ils ne m’ont jamais remerciée pour ça, proposé de l’aide ou même proposé de faire la popote la fois suivante. Pour eux, que la seule femme se cogne la bouffe, c’était normal.

Autre exemple, durant un de mes stages en entreprise dans le milieu du Jeu Vidéo, j’ai été confrontée à un autre stagiaire qui voulait absolument me donner des directives sur mon travail alors qu’il n’avait pas à le faire. Ce même type a tenté de prendre mes fesses en photo un jour où je portais une jupe. Mais je l’ai pris en flagrant délit et je l’ai engueulé. En fait, quand je commence à y réfléchir j’ai des tas et des tas d’exemples qui me viennent en tête. Que ce soit du sexisme que j’ai subi, dont j’ai été témoin ou issu de témoignages que j’ai lus… Dans le milieu geek les exemples ne manquent pas. D’ailleurs, plusieurs twittos ont décidés de créer un site qui référence tous les exemples de sexisme qui existent dans ce milieu, et tristement, ils ont de quoi le remplir tous les jours.

Un exemple de réponse possible à ce genre de comportement :

Joli t-shirt de Batman. Je parie que tu ne lis même pas les bd / Joli maillot de sport. Je parie que tu ne suis même pas l'actualité de l'équipe.

Joli t-shirt de Batman. Je parie que tu ne lis même pas les bd / Joli maillot de sport. Je parie que tu ne suis même pas l’actualité de l’équipe. Et ce n’est pas un t-shirt de Batman, mais de Batgirl. Apprends tes logos.

Continuons sur le jeu de rôle. Quels sont tes jeux préférés ? Pourquoi ?

Je suis encore une novice, alors forcément, je connais peu de jeux. Du coup, de là à parler de mes jeux préférés… Jusqu’à maintenant, j’ai expérimenté trois univers : l’incontournable Donjon & Dragon, Lacuna et l’univers de mon amie MJ créé de toutes pièces et basé sur un de ses romans. J’ai aussi déjà joué à quelques « mini » Jeux de Rôles (ou « jeux d’ambiance ») du type Loup Garou ou Petits Meurtres et Faits Divers. Et impossible de dire lesquels je préfère, ils ont tous leurs particularités. En fait, je crois que dans ce genre de jeu, ce qui importe le plus c’est avec qui tu joues, pas le jeu en lui-même. Ceci dit, j’ai hâte de découvrir d’autres univers, peut-être qu’à terme, j’aurai effectivement des préférences.

, , , , , , , ,

Poster un commentaire

2014-018 – J’ai testé pour vous… le jeu de rôle

J’ai publié ici un certain nombre d’articles à propos du jeu de rôle. Ils doivent apparaître obscurs à un grand nombre de lecteurs. C’est pourquoi je remercie madmoizelle.com pour la publication de cet article. Il raconte la découverte de cette activité par son auteur, et c’est peu dire qu’elle est très enthousiaste.
http://www.madmoizelle.com/jeux-de-role-temoignage-134496
J’attends les questions en commentaire !

, ,

Poster un commentaire

122 – Grâce à Lego, les geeks vont recouvrir le monde.

Leçon du jour : démographie

J’vais pas vous faire un cours de démographie. Comme cet article a une base scientifique (avant de dériver vers le grand n’importe quoi), il vous faut une minimum de connaissances avant de poursuivre. Allez donc lire la page de la transition démographique, et revenez.

Pour faire court : maintenant qu’on ne perd plus la moitié de nos gosses avant leurs 5 ans, et qu’on sait éviter les grossesses, on fait beaucoup moins d’enfants. Au point que dans les pays les plus industrialisés, le renouvellement des générations n’est plus assuré – les femmes qui atteignent la ménopause ont eu moins de deux enfants. La France a un taux de natalité plutôt élevé. Alors que l’Allemagne plonge : leur INSEE locale prévoit qu’en 2060, la population sera passée de 82 millions à 70. Ce serait dû, entre autre, à la difficulté de draguer entre allemands.

Je ne discuterai pas du fait que ce soit une bonne ou une mauvaise chose. Mais c’est clair que quand on a le choix entre se lancer pour 25 ans (30 ?) dans l’élevage de gnome ou partir en vacances/refaire une partie de Playstation/redécorer la maison, il peut être tentant de préférer les alternatives.

Mais nous n’héritons pas que des gènes de nos parents. Ils nous transmettent aussi une éducation, et, ce qui nous intéresse aujourd’hui, des hobbies.

To geek or not to geek

Les geeks – faisons un aparté définition. Être un geek, ce n’est pas avoir un iPhone. Ni avoir un compte Facebook. Être un geek, c’est avoir eu le premier iPhone. Et un compte Facebook en 2005. Je ne sais plus où j’ai entendu cette définition, mais le geek est avant tout un pionnier. Pionnier culturel, pionnier technologique, les deux sont souvent liés. C’est quelqu’un qui salive devant les lunettes Google, mais qui a aussi conscience des limites de cet outil. Et qui se demande déjà comment le détourner.

Les geeks, donc, n’ont pas des hobbies qui rendent sociables. On rencontre plus de conjoints potentiels en boîte de nuit qu’en passant sa nuit devant un écran, ou dans un club de jeu de rôles. Les geeks étant des passionnés, ils pourraient être tentés de se détourner de la parentalité, pour garder du temps libre pour leur passion. Sauf que.

Le plan machiavélique des génies de chez Lego

Sauf que Lego, marque geek par excellence, a eu l’idée assez bienvenue de lancer des gammes portant sur des licences geek célèbres. Star Wars. Harry Potter.

Et ça, c’est la garantie que les geeks vont repeupler le monde. Parce que, malgré ses capacités sociales limitées, le geek sait instinctivement que, arrivé à l’âge adulte, il est impensable de continuer à jouer aux Legos. La seule raison socialement acceptable de jouer aux Legos, c’est de le faire avec ses propres enfants. Et pour motiver le geek à procréer, Lego vient de lancer l’arme ultime. Les licences auxquelles les geeks sont forcément sensibles, les frères ennemis que rien ne réconcilie jamais. J’ai nommé DC Comics et Marvel. D’un côté Superman, de l’autre le professeur Xavier. D’un côté Lex Luthor, de l’autre Magneto.

Il ne faut pas être un devin pour prédire un grand avenir à ces gammes…


Wolverine, Magneto ET Deadpool ? Check.


Batman et le Joker ? Check.


Iron Man, Hawkeye ET Loki ? Check.


Superman et Lex Luthor en exosquelette de combat ? Check.

Si avec ça, les geeks ne pondent pas des marmots par dizaine, c’est à n’y rien comprendre. Et tous ceux qui pensent que les Legos sont réservés aux garçons viennent de gagner le droit de (re)lire cet article.

Revenons au titre de cet article. Les geeks vont recouvrir le monde. Mais rassurez-vous, ils ne le domineront pas. Ils passent bien trop de temps avec leurs séries/jeux vidéos/jeux de rôles pour avoir du temps à perdre à devenir maîtres du monde. Un seul monde, c’est bien trop petit, pour un geek…

, , , , , , , , , , , , , , , ,

Poster un commentaire

5 – mes outils de productivité personnelle 2/2

Nous avons vu hier combien coûtait un smartphone accompagné de son forfait Web (improprement dénommé forfait Internet, d’ailleurs. Si c’était un forfait Internet, on pourrait utiliser FTP ou les Newsgroup sans blocage, par exemple.)

Voyons maintenant à quoi cela peut nous servir, et combien nous coûterait une solution alternative

Agenda : 5€

5€, c’est bien suffisant. Je parle de l’agenda basique, pas du modèle en peau de mouton retournée. Remarquez, il doit bien exister des housses de téléphone en peau de mouton retournée, si ça vous fait plaisir ! N’utilisez pas le widget Google Agenda basique, il est laid et peu pratique. Préférez-lui Jorte.

Appareil photo numérique : 80€

C’est une fonction tellement répandue maintenant qu’elle paraît évidente.  Tous les smartphones incluent un APN, de qualité pouvant aller de moyenne à bonne. Un bon modèle testé par lesnumeriques.com : le Panasonic Lumix S1, disponible à 80€ chez Grosbill.com

Caméscope numérique : 0€

Tous les appareils photo numériques ayant aujourd’hui cette fonction, elle ne sera pas comptée comme un gain d’argent. Certains smartphones filment en HD720p, notamment le Sony Ericsson Xperia X10 et le Samsung Galaxy S.

Lecteur MP3 / radio FM : 33€

Encore une fonction qui paraît basique pour un smartphone, mais qui évite à nouveau l’achat d’un appareil dédié. Continuons avec les conseils de lesnumeriques.com : le SanDisk – Sansa Clip disponible chez Amazon.fr pour 33€ en version 2Go.

Lecteur vidéo : 0€

Ah, les voyages en famille, les gamins qui râlent à l’arrière de la voiture. Je vais accroître la difficulté, et considérer que cet usage concerne peu de gens, et seulement épisodiquement. Je vais quand même recommander LA MEILLEURE application vidéo sur Android, j’ai nommé BSPlayer Lite. Elle lit tous les formats (avi, divx, mkv), elle va chercher les sous-titres toute seule, elle peut même accéder à votre réseau local et donc diffuser dans vos toilettes les vidéos stockées sur votre ordinateur. J’étais tellement content de cette version Lite que j’ai cherché la version « normale » pour remercier l’éditeur Webteh en l’achetant. Manque de bol, BSPlayer est intégralement gratuit sur Android…

Dictionnaire toutes langues : 3,80€ x ?

Vous cherchez le sens d’un mot anglais dans une notice technique. Mettons, le guide de votre voiture, pour changer le fusible de l’essuie-glace sous une pluie battante. Bien sûr vous connaissez la traduction de fusible… Je vous passe la quantité d’exemples possible, sachez juste que Google Traduction existe, et ce dans toutes les langues. Ca ne vous permettra pas de traduire Guerre et Paix en Sylvanien, mais ça dépanne bien. Comptons donc 3,80€ pour un Dictionnaire français-anglais des phrases et expressions usuelles
…   …que vous n’aurez jamais sur vous quand vous en aurez besoin !

Encyclopédie : 28,40€

Dois-je présenter Wikipedia ? Voici un équivalent papier, Le Robert illustré & Dixel, que vous n’aurez jamais sur vous non plus. Hop, 28,40€.

GPS : 179,90€

C’est là que le smartphone relève la tête. Ils intègrent tous une puce GPS, à laquelle il ne manque qu’une application pour obtenir un GPS 100% identique à un excellent Tomtom, comme le Tomtom – Via Live 120 – GPS – Europe (22 Pays) – écran 4,3″ (11 cm) – Bluetooth. Vous noterez que celui-ci propose des services LIVE, qui vous avertissent du trafic réel et non pas estimé.

Voici trois alternatives à ce GPS payant :

  1. Waze
  2. Google Navigation
  3. Mappy GPS Free

Waze est de loin le meilleur, puisqu’il apprend vos trajets, s’adapte aux conditions de circulation, vous permet de signaler tout évènement sur la route (par exemple un radar mobile) et de recevoir les alertes des autres usagers. Enfin, les cartes utilisées sont éditables en ligne. Si votre rue n’existe pas, vous pouvez la créer en 3 clics !

Google Navigation est le mieux intégré au système, et permet de télécharger les zones où vous vous rendez fréquemment.

Mappy GPS Free va encore plus loin en téléchargeant toute la carte de France. L’installation dure longtemps (ne la faites pas sans WiFi !), mais l’application peut ensuite fonctionner sans aucune connexion.

Notons cependant que votre smartphone ne peut normalement pas se coller à votre pare-brise. Il faut donc lui adjoindre un support, tel que celui proposé par mobilefun.fr, à 14.49€. Testé et approuvé !

Prixing : 200€

Prixing est une base de données de prix participative. Dit comme ça, c’est pas très sexy. Mais cette dénomination cache un formidable outil à économies. Imaginez vos courses de Noël… vous passez dans les rayons, et votre gamin vous montre ce magnifique cadeau :

Il est à 29,90€ dans le magasin. Je dégaine Prixing, je scanne le code-barres avec l’appareil-photo, blip-blip, le produit est reconnu, et les prix des magasins alentour ET sur Internet apparaissent. 23,90€ sur Amazon ? 6€ de gagnés.

Deuxième fonction importante : je fais mon plein de courses standard, et je scanne tous mes articles en une seule liste. Prixing me dira ensuite dans quel magasin des environs je devrais aller pour que le plein ait le plus petit prix. Une séance de scans un peu longue, mais qui donne des économies régulières ensuite. Entre les cadeaux de Noël, l’électroménager et les courses quotidiennes, vous devriez économiser 100€ par an assez facilement.

Centralisation des données : 24€.

Qui n’a jamais pleuré en perdant une carte SIM qui contenait tous ses contacts ? Vos contacts enregistrés sont automatiquement synchronisés avec votre compte Gmail. Tant que Google ne supprime pas votre compte, vous pouvez faire piétiner votre téléphone par un éléphant sans conséquence durable – à part pour votre téléphone. D’autre part, dès que vous enregistrez l’adresse postale d’un contact, il suffit d’un clic pour lancer le GPS vers cette adresse. Facile et rapide. J’en profite pour vous recommander le widget life.contacts. Il affichera en permanence les contacts avec lesquels vous échangez le plus. Vous n’aurez plus à choisir vos favoris, votre téléphone le fera pour vous. Attention, votre conjoint pourrait mal prendre de ne pas être le n°1…

Cette option de sauvegarde est souvent facturée par les opérateurs, comptons 1€ par mois, soit 24€.

Console de (petits) jeux : 0€

En passant, le market fourmille de petits jeux plus ou moins bien faits. Mais comme vous n’auriez jamais dépensé 1€ pour jouer à Angry Birds, comptons 0.

Calcul

Voici venue l’heure du bilan. 5 + 80 + 33 + 3,80 + 28,40 + 179,90 + 200 + 24 = 554,10€ de gain.

Nous n’atteignons pas les 654€ d’investissement détaillés hier. Serions-nous donc perdants de 100€ sur deux ans ?

Et bien oui, à condition de ne pas avoir de téléphone aujourd’hui. Mais si, comme 95% des français, vous payez déjà un forfait de téléphonie mobile, le passage au smartphone est rentable. Il suffit que votre facture actuelle dépasse les 100€ pour 24 mois, soit 4,2€ par mois.

Comme c’est très probablement votre cas,vous savez ce qu’il vous reste à faire !

J’attends vos questions, vos remarques et vos témoignages sur votre passage au smartphone, ainsi que sur les applications listées ici.

PS: je n’ai pas inclus dans mon calcul la fonction vibromasseur… (attention, seul le Motorola Defy est capable de fonctionner dans un aquarium. A bon entendeur, salut !)

PPS: je n’ai d’ailleurs inclus que les fonctions d’usage fréquent, et qui avaient une alternative « non-smartphone ». L’envoi et la réception de mails est bien sûr un gros avantage des smartphones, tout comme l’usage en clé 3G (appelé tethering depuis un téléphone). Et là, les économies peuvent s’envoler beaucoup plus haut.

, , , , , ,

4 Commentaires

%d blogueurs aiment cette page :