Articles tagués futur

2014-046 – La vague montante, de Marion Zimmer Bradley

Changer le monde, ça commence par changer les consciences.

J’en parlais il y a quelques temps, une bonne histoire a un poids de conviction énorme. Et c’est encore plus vrai lorsqu’elle est répétée.

Les (très) (très) (très très) nombreux articles de ce blog qui traitent d’écologie et d’action citoyenne font le plus souvent appel à la raison. Mais notre raison a besoin de repères pour se projeter. Par exemple, des séries comme Star Trek ont beaucoup fait pour préparer les humains à l’arrivée de la téléphonie mobile (et de multiples autres nouveautés technologiques).

Il me semble donc important de développer un corpus documentaire ET fictionnel montrant un futur correspondant à un mode de vie écologique. Pour le documentaire, je vous renvoie vers des articles précédents, notamment les œuvres de Marie-Monique Robin.

Pour la fiction, je suis tombé par hasard chez mon libraire sur une vieille histoire de Marion Zimmer Bradley. La vague montante (1955) vient d’être publiée par ‘le passager clandestin‘.

Ce court roman raconte l’arrivée sur Terre d’une navette expédiée par une lointaine colonie. Le choc des cultures est très bien décrit. Le pilote engagé à fond dans le progrès scientifique fait face aux limites de ses croyances. Ce texte visionnaire mériterait une adaptation cinématographique, pour toucher un plus large public.

8€, 144 pages, faites-vous plaisir !

Accessoirement, ce livre m’a rappelé que je n’ai jamais écrit à propos de la colossale saga de Marion Zimmer Bradley, le Cycle de Ténébreuse. Ce sera pour une autre fois…

, , , , , , ,

Poster un commentaire

2013-036 – Vers la sobriété heureuse, de Pierre Rahbi

Je lis mon premier livre écrit par Pierre Rahbi. Il s’agit de « Vers la sobriété heureuse« . Je vous remets ci-dessous un extrait, qui recouvre plusieurs thèmes abordés dans des articles de ce blog.

« Si l’on veut instaurer sur notre planète commune une équité inspirée par les impératifs moraux, on est amené à dire que, tant que l’ensemble des êtres humains n’a pas accès aux ressources vitales, il y a spoliation. Tant qu’un seul enfant naît dépourvu de ce qui lui revient légitimement en tant qu’être vivant, il y a usurpation car les biens venus de la terre, qui sont encore abondants, sont dédiés à tous les êtres vivants qu’elle héberge et non à ceux qui, par le pouvoir politique, la loi du marché, les finances ou les armes, s’en attribuent la légitimité. Un tel hold-up est aujourd’hui entériné par des lois qui en font une norme que l’on ne peut remettre en question. Tant que cette malhonnêteté ne sera pas considérée comme illicite selon l’ordre et l’intelligence de la vie, l’humanité ne pourra être pérenne. »

Ainsi, misère, pauvreté et richesse cohabitent sur notre planète commune et créent des hiérarchies de l’avoir et du pouvoir débouchant sur toutes les répressions – le tout imputable à l’idéologie du toujours-plus illimité. »

Les articles auxquels je ne peux m’empêcher de penser sont les suivants :

Il pose un diagnostic intéressant de nos sociétés occidentales, et trace une voie vers un avenir meilleur. Mais le point le plus intéressant est qu’il se penche aussi sur les contradictions inhérentes à son propre mode de vie. Pour diffuser ses idées au plus grand nombre, il est contraint de prendre part à la société capitaliste. La seule alternative étant le repli sur soi-même, il a choisi parmi tous les maux celui qui lui paraissait le moindre : propager son message passe avant sa propre exemplarité.

Je n’ai pas encore fini ce livre. Je sais cependant déjà qu’il prendra une grande importance dans mes réflexions.

Et vous ? Vous êtes-vous déjà penché sur la question de ce que vous pouviez changer en vous et autour de vous ?

, , , , , , , , , , ,

Poster un commentaire

2013-031- La prospective et le storytelling, des outils incontournables pour la communication politique

Mon précédent article a eu un petit succès, selon les chiffres habituels de ce blog. Sa rediffusion via Twitter y a beaucoup contribué. Je pense que le choix du format y est aussi pour beaucoup. Un récit imaginant le futur permet de montrer facilement les perspectives autour d’un sujet.

C’est justement ce que je reproche à l’écologie politique. La critique du modèle capitaliste actuel y est très développée. Mais les alternatives proposées sont invisibles, ou du moins réduites à quelques détails. Il faut plus de transports en commun et moins de déplacements inutiles. Il faut produire localement et arrêter d’importer des milliards de tonnes de produits inutiles d’Asie.
Mais les opposants à ces projets ont bien mieux réussi à créer un futur imaginaire en conséquence. Six mots : « Vous voulez revenir à la bougie« .

C’est là qu’est le vrai combat médiatique pour faire progresser l’écologie. Dans la représentation du futur qu’elle promet.

La défense de la biodiversité est incompréhensible sans une bonne histoire. Ou du moins, une histoire meilleure que « Nous voulons construire une autoroute pour vous faciliter la vie, mais ces cinglés d’écolos refusent parce qu’ils préfèrent des crapeaux tous verruqueux« .

, , , ,

1 commentaire

158 – Pour nourrir la planète, la seule solution est (d’abandonner) l’agriculture intensive.

On m’a régulièrement fait la remarque que le bio, c’était bien gentil, mais que pour nourrir 7 milliards d’humains, il fallait quand même être sérieux. Les rendements étant nettement inférieurs, il faudrait beaucoup plus de terres agricoles, et c’est pas possible.

N’étant pas un spécialiste de l’agriculture, j’en suis même arrivé à expliquer que c’était quand même important de produire des aliments de qualité, qu’on ne pouvait pas laisser les pesticides mener la danse. Jusqu’à ce que je vois deux documentaires qui déconstruisent point par point les arguments en faveur de l’agriculture « intensive ». Tous deux sont de Marie-Monique Robins. Le premier est « Le Monde selon Monsanto« . Sorti en 2005, il est devenu assez célèbre.

Je vous recommande donc son dernier documentaire, Les moissons du futur. C’est passionnant, ça passe tout seul, et ça vous montrera à quel point ceux qui ont un intérêt à la vente de pesticides ont réussi à tous nous enfumer…

Ajout du 03/12/2012

Je suis à la fois fier et honteux du premier commentaire de cet article, qui me vient ni plus ni moins de Marie-Monique Robin,  l’auteur de cet excellent documentaire. Sur ses recommandations, je rajoute donc ici les liens amazon vers le livre et le DVD !

 

, , , , , , , , , ,

1 commentaire

66 – Prospective 4/X : Les imprimantes 3D bis

Je vous ai déjà parlé des imprimantes 3D.

Une de mes recommandations était d’apprendre dès maintenant à utiliser des logiciels de modélisation 3D, pour créer vos propres plans.

Il semblerait que certains se soient déjà penchés sur la question pour vous mâcher le boulot : un logiciel utilisant la double caméra Kinect de la XBox 360 permet de générer un fichier de coordonnées 3D en plaçant un objet devant l’objectif.

On peut imaginer que ce fonctionnement puisse être reproduit avec n’importe quel appareil présentant deux capteurs vidéos, comme les derniers smartphones 3D (LG Optimus 3D, etc.)

Vous entrez dans un magasin de déco. Vous prenez trois photos d’un objet sous trois angles différents. Vous rentrez chez vous. Vous lancez l’impression 3D, dans un coloris adapté à votre intérieur. Vous pensez que la production chinoise a encore de l’avenir ?

Oui, pour produire des imprimantes 3D 😀

Merci pour l’info, Korben.

Et pour le plaisir des yeux, voici deux vidéos d’un Makerbot en action.

Bien sûr, pour l’instant, ça a l’air d’un gadget. Mais ce ne sont que les balbutiements d’une révolution. Attendez que des bases de données vous proposent des millions de plans. Ah, tiens, The Pirate Bay le fait déjà

, , , , , , ,

2 Commentaires

%d blogueurs aiment cette page :