Articles tagués comics

111 – Hellboy. J’ai tout lu, je suis fan, mais je ne suis pas sûr de savoir pourquoi.

Avant d’être une série de films (on peut dire série, il y en a eu 4), Hellboy est avant tout une BD américaine, dite comics.

Le personnage principal est un démon, un diable, un cornu, une grosse bête rouge avec un énorme bras en pierre.

Hellboy

Depuis 1984, cette série de BD aligne les tomes, et fait progresser une histoire qui devient bien plus large que le personnage de Hellboy. Tout d’abord parce que Hellboy fait partie d’une agence américaine (BPRD) chargée des phénomènes paranormaux. Et que cette agence ne contient pas que Hellboy, même si c’est la plus grande vedette. En 12 tomes, on découvre les raisons de la présence de Hellboy sur Terre. Ce dernier risque fort de provoquer la fin du monde, bien malgré lui.

L’histoire de Hellboy s’étend sur plusieurs décennies, à tel point que l’éditeur français, Delcourt, a mis en ligne un site web très bien foutu. Vous pourrez y parcourir les albums par ordre chronologique, ou personnage par personnage.

Après avoir lu les 12 tomes parus en français, je ne sais toujours pas  exactement pourquoi j’aime les histoires de Hellboy. Il y a de l’aventure, de l’exotisme, de la baston, de l’ésotérisme…

Mais surtout, surtout, il y a le dessin de Mike Mignola. A base d’aplats de noir, on reconnaît son style unique, pas moyen de rater la patte Mignola. Souvent imité, jamais égalé, il sait donner une touche d’étrange au moindre détail. Et rendre crédibles et inquiétants les monstres les plus improbables.

Il y a eu aussi un jeu de rôle Hellboy, mais il ne m’a pas laissé beaucoup de souvenirs.

Et vous ? Déjà fan ?

, , ,

Poster un commentaire

45 – Un jour, il faudra me dire qui c’est, ce Valentin.

La Saint-Valentin. Parce que l'amour n'est pas assez compliqué en lui-même.

La Saint-Valentin. Parce que l'amour n'est pas assez compliqué en lui-même.

xkcd est LE web-comic geek. Cherchez pas ailleurs. Vous trouverez là-bas le summum de la geekitude. Attention, chaque strip a un commentaire qui apparaît lorsque l’on passe la souris dessus. Il peut arriver que le commentaire soit encore plus drôle que le strip. Donc ne passez pas à côté.

La bonne nouvelle, pour ceux qui prennent le train en marche, c’est qu’il y en a un peu plus de 1000 pages. De quoi vous occuper si vous êtes tout seul pour la Saint-Valentin…

Ce que cette image m’inspire, c’est une longue discussion avec plusieurs amis sur ce que la vie de couple nous a apporté. Le point principal, c’est l’apprentissage du compromis. Il faut avoir vécu plusieurs disputes sur LA bonne façon de plier les chaussettes pour savoir ce que je veux dire.

Je ne vais donc pas vous souhaiter une bonne Saint-Valentin. Je vais tout simplement vous souhaiter de trouver l’amour, aussi souvent que nécessaire, jusqu’à ce que vous trouviez quelqu’un qui mérite vos compromis et qui accepte d’en faire pour vous.

Et si ça ne marche pas… il vous reste les bds !

, , , ,

6 Commentaires

17 – Les étoiles montantes reviennent

En 2001, Semic eut l’excellente idée de publier le comics Rising Stars. En 4 tomes. Alors que l’histoire en comporte 6. Bref, c’est une série inachevée en France. Mais, Gloria in excelsis Delcourt Et in terra pax hominibus bonae voluntatis, cette erreur sera corrigée, à compter de demain. Delcourt s’attaque à une réédition, et la qualité de cette oeuvre saura l’amener jusqu’à son tome final.

 

Ce que vous y trouverez :

  • Un scénario de J.M. « Babylon 5 » Straczynski, qui, comme d’habitude, savait en entamant l’histoire comment elle se finirait.
  • Un univers précurseur de la série Heroes : 113 enfants d’une petite ville ont reçu un pouvoir. La série raconte leur vie de leur enfance jusqu’à leur mort.
  • Des pouvoirs crédibles, avec une explication derrière leur apparition.
  • Une histoire écrite de 1999 à 2003, au cœur des préoccupations américaines de l’époque.

J’ai tellement aimé cette série que j’ai téléchargé la fin en VO pour savoir enfin comment finissent les enfants de Peterson. Et ils finissent à la fois bien et mal. Que demander de plus à une série ?

, , , , , , ,

Poster un commentaire

3 – Les Légendes de la Garde

En février 2006, David Petersen nous offrit le premier tome de la série Mouseguard. Un univers où des souris intelligentes tente de survivre en étant très loin du sommet de la chaîne alimentaire.

Menacées par le climat, les prédateurs et les dissensions internes, les souris survivent grâce à la Garde. Ces volontaires consacrent leur vie à assurer les liaisons entre les villes, et surtout à éliminer les nombreux dangers de la Nature.

Le tome 1, Automne 1152, centré sur une tentative de coup d’état, voit le retour d’une légende que tous croyaient morte.

Le tome 2, Hiver 1152, suit le précédent et nous fait découvrir la plus grande peur des souris : leurs ennemis furets.

En 2010, Petersen se lance dans une anthologie participative, où d’autres auteurs vont raconter des histoires dans le monde de la Garde. C’est Legends of the Guard (non traduit).

En 2009, Luke Crane présente le jeu de rôle fidèlement tiré de la bande-dessinée, et magnifiquement illustré par Petersen.

En attendant de nouvelles traductions de la bande-dessinée, c’est le jeu de rôle qui fait l’actualité, avec une souscription ouverte pour la traduction française. Le montant nécessaire a été très rapidement atteint et largement dépassé. Si vous voulez un exemplaire, il est encore temps de vous rendre sur ulule : http://fr.ulule.com/les-legendes-de-la-garde/

Si je recommande cette série, c’est parce qu’elle cumule de nombreux avantages : un graphisme fouillé et accrocheur, des scénarios qui sortent de l’ordinaire, et des personnages profonds et bien marqués.
Enfin, mon fils de 5 ans a adoré, ce qui en fait une excellente lecture pour les enfants.

N’hésitez pas à faire un tour sur le site de l’auteur, il y a de magnifiques images, dont des fonds d’écran. Bonne lecture !

, , , ,

Poster un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :