Archives de la catégorie Séries

Bonne année Bertrand !

Après des centaines d’articles en 2012, des dizaines en 2013, et des unités en 2014 et 2015, vous avez pu royalement lire un article en 2016 sur ce blog. On dit que ce n’est pas la quantité qui compte, je crois… Je vais quand même tenter de faire mieux en 2017. Déjà avec un article maintenant, je fais aussi bien que 2016 !

Oui, c’est de la pensée positive ! Et c’est bon pour votre cerveau, essayez, et il vous remerciera. Attention, penser positivement, ce n’est pas penser que tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes. C’est chercher des solutions plutôt que des coupables.

Pour ceux qui me suivent depuis longtemps, la nouvelle année a été plusieurs fois l’occasion de me lancer des défis personnels. Ce blog en 2012. 2013 sans alcool. Cette année 2017 n’y échappera pas. J’ai pris une grande résolution sportive : plus de journée sans un minimum de sport. Si je n’ai pas marché plus de 5000 pas, ou nagé, ou pédalé, je devrai achever ma journée par une séance de sport. En toute logique, 2018 sera l’année du bodybuilding… ou de mon décès prématuré.

Vous avez lu jusqu’ici, c’est bien. Vous souvenez-vous encore du titre ? J’y souhaitais une bonne année à Bertrand. Je vous entends déjà : « mais c’est qui Bertrand ? » La vraie bonne question, c’est « il revient quand Bertrand ? »

Je vous laisse en tête-à-tête avec cette excellente websérie de Ioudgine, une excellente scénariste qui vide son fiel un peu partout sur la toile, et tout simplement indispensable.

, , ,

Poster un commentaire

2014-049 – Nos grands pouvoirs impliquent de grandes responsabilités

Les histoires de super-héros ont toujours plu. Les demi-dieux grecs et romains sont les ancêtres directs de Superman et Batman. Et tous les lecteurs de ces histoires ont rêvé un jour de posséder eux-mêmes un super-pouvoir.

La réalité tente actuellement de rattraper la fiction. Iron Man est en construction aux États-Unis d’Amérique. L’exosquelette du film Aliens est fonctionnel dans un laboratoire italien.

Aliens Ripley Power Loader exoskeleton exosquelette

Mais en fait, ces avancées technologiques à venir nous font oublier celles qui existent déjà.

Aujourd’hui, de nombreux super-pouvoirs nous sont accessibles. Nous pouvons nous déplacer à plus de 200 km/h. Nous pouvons soulever des tonnes de matériaux. Nous pouvons communiquer à des dizaines de milliers de kilomètres de distance. Nous pouvons guérir de maladies mortelles et de graves mutilations. Nous pouvons accéder à un volume de savoirs qui dépasse l’entendement.


J’avais la première partie de cet article en tête depuis longtemps. Mais je ne savais pas quoi en faire. C’est la lecture d’un album de Spiderman (Vocation, de l’excellent J. Michael Straczynski) qui a fait tilt en m’endormant hier. Comme d’habitude, le motif « De grands pouvoirs impliquent de grandes responsabilités » était de la partie. C’est le credo de Spiderman, sa motivation transmise par son oncle défunt, qui le pousse à mettre ses pouvoirs au service des faibles et des opprimés.

Nous avons, tous, accès à de grands pouvoirs, inimaginables il y a cent ans. Voir même il y a vingt ans. Quand je dis « nous », je pense bien sûr à ceux pour qui la survie quotidienne n’est pas une source d’inquiétude. Que faisons-nous pour assumer les grandes responsabilités qui vont avec nos super-pouvoirs ?

Sans tomber dans le cliché du patrouilleur en costume au goût discutable, je ne peux m’empêcher de penser que, sous couvert de détente, de loisirs, nous passons à côté d’une grande part de notre potentiel. Que dirions-nous devant un film de super-héros où l’un d’entre eux déciderait d’ignorer ses pouvoirs, et de passer ses journées sur Candy Crush ?

A ceux qui seraient tentés de me répondre qu’une seule personne ne peut pas changer le monde… relisez le conte du colibri 🙂

Ces super-pouvoirs sont relativement récents. Nos grands-parents ont connu une époque où tous ces outils technologiques n’existaient pas. J’ai encore vu ce décalage récemment, quand ma grand-mère s’est émerveillée à propos d’un GPS. Peut-être faudra-t-il quelques décennies avant que nos sociétés ne réalisent à quel point nos capacités ont évolué. Je préfère me dire ça que d’imaginer un futur où tout aura empiré.

, , , , , , , , , ,

Poster un commentaire

2014-036 – [ploum] La fin de la toute-puissance (des États)

Ploum a écrit un très bel article, sur la lutte contre le piratage partage. Et surtout sur ce que l’échec de cette lutte veut dire pour la puissance des États aujourd’hui.

Cet article s’intitule La fin de la toute puissance. Extrait :

Malgré les sommes colossales investies, les milliers d’ingénieurs en charge de concevoir des produits luttant contre le piratage, des force de l’ordre qui traquent tout ce qui pourrait s’apparenter même de très loin à du piratage, des menaces, des peines disproportionnées, des accords trans-continentaux. Rien n’y a fait. Le piratage n’a pas baissé d’un iota. Il n’a même pas légèrement diminué. Le phénomène a tout simplement ignoré toutes les mesures prises par les gouvernements. Comme si ceux-ci n’existaient pas.

Si vous voulez en savoir plus sur la version française de cette lutte contre le partage culturel, je vous renvoie à cette lettre à quelques connaissances, et à cet article sur le mythe de Sysiphe.

, , , , , , ,

Poster un commentaire

2014-01 – It’s a new dawn, it’s new day, it’s a new life… and I’m feeling good.

D’abord, un peu de musique pour commencer l’année. Parce que bon, Muse, quoi.

Ensuite, un petit bilan de l’année 2013. A nouveau une année pleine de surprises, une année que je n’aurais pas cru si on me l’avait raconté… 2 ans plus tôt ? Au compteur, 1 an de plus, 20 kilos de moins, beaucoup de lecture, beaucoup d’écriture (mais pas ici), beaucoup de rencontres, de rebondissements, et d’enfants qui grandissent.

Enfin, les résolutions pour l’année. En 2012, j’avais lancé ce blog (ma 3e tentative) sous forme de défi à moi-même, pour me forcer à l’écriture. Exercice réussi pendant 4 mois, avec un article par jour. Sur l’année, 50% de réussite avec 183 articles.
En 2013, ma première résolution était 0 alcool (tenu). Le 1er janvier, je l’ai complétée avec 0 Coca (tenu). J’ai alors remplacé mes voyages au distributeur pour du Coca par des voyages sucreries. Bilan, +4 kilos en 2 mois et demi. Je me suis repris en main grâce à Fitbit, pour un total de -20 kilos en 7 mois. C’est peut-être un détail pour vous, mais pour moi ça veut dire beaucoup.

J’en conclus surtout que, contrairement à toutes mes précédentes résolutions vagues et rapidement oubliées, celles des deux dernières années ont plutôt bien fonctionné. Elles avaient en commun d’avoir des objectifs quantifiables, et d’être plutôt contraignantes. Donc… je continue ?

Que faire de 2014 ? Je compte reboire de l’alcool, mais en quantité très très modérées. Et jamais en semaine, ce qui m’évitera le risque professionnel de l’alcoolisme mondain. J’ai arrêté le Coca, pas de raison de reprendre. Contrairement à l’alcool, personne ne s’est jamais offusqué de ma sobriété en Coca. Je verrai si mon poids est stable. Sinon, Fitbit reprendra du service.

Mais j’ai aussi besoin d’un petit défi, quelque chose qui me pousse à agir, dans le bon sens. Or donc, voici la liste de mes résolutions !

  1. Plus de jeux vidéos pendant un an. Ni sur smartphone, ni sur PC, ni sur console, rien, nibs, nada. Et ça commencera par la désinstallation des jeux actuels.
  2. Plus de série américaine regardée seul.

    L’objectif de ces trois premiers points est de me libérer du temps de cerveau.
    Je ne regarde quasiment jamais la télé, pas moyen de gratter à ce niveau-là. Libérer du temps de cerveau, c’est bien, mais pour quoi faire ? Je vous remercie de me poser la question.

  3. Revenir aux fondamentaux de ce blog, mais avec les idées des autres. Chaque jour, un lien vers un article ou une vidéo intéressante sera posté. J’ai hésité à me fixer une date limite de fraîcheur de l’article (moins d’une semaine, moins d’un mois…). A la réflexion, ce n’est pas utile. Il vaut mieux faire pertinent que récent. Si j’ai le temps, j’ajouterai un petit mot, ou un extrait. Sinon, un article, hop, à vous de voir si vous cliquez ou pas. Ah, si, une condition, l’article doit être en accès libre au moment où j’écris.
  4. Si les trois premiers points me libèrent vraiment du temps de cerveau, je veux écrire un roman. La trame existe, elle est dans ma tête depuis le 21 juillet 2013. Avec les personnages, les rebondissements, et beaucoup d’autre chose. Je me torturais pas mal avec les « bons outils » à utiliser pour écrire. Scrivener, Evernote, Framapad, etc. Et puis Seth Godin m’a une fois de plus ramené à la raison. J’écrirai donc ce bouquin sur tout ce qui me tombera sous la main, du moment que je peux y accéder à tout moment, et avec une sérieuse sécurité pour ne rien perdre en route.

En cadeau de bonne année, la traduction du court article « Productivity gap » de Seth Godin.

On pourrait croire qu’avec toutes les applications de productivité pour iPad et smartphones, les blogs et les techniques et les discussions sur la productivité… nous serions bien plus productifs au final.

Êtes-vous plus productif ? Combien plus ?

Je me demande combien de productivité vient de nouvelles techniques, et combien vient de simplement être dégouté de la non-productivité et de la décision de faire quelque chose qui compte, dès maintenant.

Isaac Asimov a écrit plus de 400 livres, sur une machine à écrire, sans accès aux outils modernes de productivité. J’ai du mal à imaginer qu’ils auraient pu l’aider à en écrire 400 de plus.

Bien sûr, les habitudes comptent. Comme le fait de sortir du sentier tracé. Mais si vous voulez vraiment, vraiment vous cacher, vous trouverez un moyen.

L’instinct de produire un bon travail ne nécessite pas un portable à la mode.

, , , , , , , , , , , , ,

4 Commentaires

2013-038 – HADOPI : le mythe de Sysiphe

En mars 2012, je vous racontais que la HADOPI ne sert à rien.

J’apprends ce matin que des mesures anti-piratagepartage et pro-filtrage seront proposées en janvier 2014. Elles viseront à empêcher les internautes de partager certains fichiers au moyen de streaming et de téléchargement direct.

Quelle meilleure preuve de l’actualité du Mythe de Sisyphe ?

Les pauvres tâcherons de la Haute Autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur internet ont péniblement mis en place un arsenal punissant les utilisateurs des réseaux d’échange peer-to-peer.

Qu’ont-ils constaté ? Que ce mode d’échange était moins utilisé, et que d’autres les remplaçait : le streaming (MegaUpload) et le Direct Download (RapidShare).

Comment vont-ils réagir ? En préconisant des mesures de punition pour ces usages.

Que croyez-vous qu’il arrivera ?

Les échanges vont s’arrêter ? Ou, plus probable, les internautes trouveront de nouveaux moyens d’échange ?

J’aimerais bien que ce soit du peer-to-peer chiffré et décentralisé, et donc incontrôlable…

En passant, je lance une idée : à quand un réseau de peer-to-peer « de proximité » dont les connexions ne se feraient pas par Internet ? On échangerait des listes de fichiers, une recherche nous dirait donc qui a les fichiers que nous cherchons. Il faudrait alors attendre de se croiser ou de se rendre visite pour que la copie de fichiers puisse se faire. Éventuellement, des Pirate Box pourraient servir de serveurs intermédiaires.

Cette technique perd l’instantanéité des échanges via Internet. Ce (gros) inconvénient est compensé par une sécurité quasi-totale : l’échange de listes de fichiers entre proches peut être solidement chiffré.

, , , , , , , , , ,

Poster un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :