2014-057 – [Myroie] L’interview. Partie 5/5 : voyages dans le temps

Cet article prolonge l’interview débutée ici, et poursuivie , et .

Let’s do the time warp again : Quels ont été les éléments marquants qui t’ont amenés à être illustratrice ? (si c’est bien ton activité principale !)

C’est bien mon activité principale. Y a pas vraiment d’événement marquants, en fait. Boulet l’a dit, tous les enfants dessinent : il y a simplement ceux qui ne s’arrêtent pas. Là où j’ai commencé à envisager ça comme une potentielle carrière, c’est quand j’ai commencé à lire et à recopier des mangas. J’ai un nombre incalculable de reproductions des dessins de Dragon Ball Z, manga dont j’étais complètement fan. Mon but c’était de dessiner assez bien pour faire mon propre manga, avec mes copines dedans. Comme j’adorais faire des histoires me mettant en scène moi et mes amis, je n’ai jamais arrêté de dessiner, et à la fin du lycée, j’ai orienté mes études vers le dessin.

Après le flash-back, passons au futur antérieur. Il y a 10 ans, aurais-tu imaginé ta vie aujourd’hui telle qu’elle est ?

Voyons voir, il y a dix ans, j’avais quatorze ans et je m’apprêtais à entrer au lycée, en section Littéraire Art Plastique dans le but de devenir styliste ou mangaka. Et la politique, j’en avais rien à faire. Donc non, je ne crois pas que j’aurais pu l’imaginer. De toute façon, j’appréhendais le futur de manière très abstraite, pour moi la simple idée que je puisse devenir adulte c’était quelque chose de super lointain. Je m’imaginais grosso-modo devenir une sorte de réplique de mes parents avec la fibre artistique en plus. Le schéma classique, donc : boulot (artistique), mariage, famille, maison, voiture, dettes. Et aujourd’hui rien ne saurait être plus éloigné de ce à quoi j’aspire.

Il te reste le boulot artistique, quand même. Et dans 10 ans ? Mordue par la politique ? Caricaturiste pour un quotidien national ? Ou élue en charge des affaires culturelles ?

Je n’en sais rien. Je n’y pense pas, en fait. Je fais ce qui me semble important et enrichissant pour moi et les autres au jour le jour. Dans dix ans, je serai peut-être sur un bateau de Sea Shepherd, j’aurais peut-être déménagé en Californie, je ferai peut-être partie d’une troupe de cirque… Je n’en sais rien. Ce que j’espère c’est que je serai à un endroit où je rêve d’aller et pas clouée à un endroit qui me déplaît à me demander ce que j’ai bien pu faire ces dix dernières années.

Pourquoi choisir ? Tu pourrais monter une troupe de cirque californien à bord du Sea Shepherd ! Bref, un dernier mot, avant de clôturer cette interview ?

Faire les trois en même temps, je doute que ce soit possible. Mais faire les trois alternativement dans ma vie, j’aimerais beaucoup. L’avenir me le dira.
Et sinon, comme dernier mot, euh… Comment on conclut une interview normalement ? On va faire dans la valeur sûre : paix, licornes et paillettes sur vous tous.

, , , , , , ,

  1. Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :