2014-034 – Il faut baisser les charges ! C’est quoi, déjà ?

Eh oui, c’est pourtant simple. Avez-vous regardé Ce soir ou jamais vendredi dernier ? Non ? Le thème était « Pourquoi y a-t-il autant de chômeurs en France« . L’émission est là, les cinq premières minutes sont édifiantes :

Je vous résume la position des néolibéraux.

En France, on paye les salariés mieux qu’en Chine [vrai]

Du coup, un produit identique coûte plus cher. [vrai pour 20% du coût, faux pour les 80% restants]

Donc, la seule solution pour concurrencer les produits chinois, c’est de baisser le poids des salaires dans nos coûts de production [faux. Il y a d’autres solutions. On peut produire autre chose, mieux ou différent. Et ça ne règle de toute façon pas les différences de coût sur ce qui n’est pas du salaire, soit la large majorité des coûts de production (80%)]

Mais les salaires nets sont déjà trop bas, avec de plus en plus de travailleurs pauvres, voire sans domicile fixe. [vrai]

Donc, pour réduire les coûts salariaux, la seule solution restante est de diminuer les charges que paient les dirigeants de l’entreprise, et qui n’arrivent pas dans le salaire net des employés. [subtilement faux]

Résumons. On ne peut pas réduire les salaires, parce qu’il y a déjà trop de pauvres. Donc réduisons les charges.

C’est quoi, déjà, les charges ?
Les cotisations assurance maladie. Ça sert à payer les consultations médicales, les médicaments, les indemnités des salariés en congé maladie. Donc, les diminuer, c’est taper directement dans les poches des salariés. Ah mais on a dit qu’on ne pouvait pas ! Il doit y avoir autre chose à baisser.

Les cotisations chômage. Ça va dans les poches des feignants de chômeurs. Donc, les diminuer, c’est appauvrir les plus faibles, bref, creuser leur trou.

Les cotisations retraites ?

Les cotisations invalidité ?

Les cotisations accident de travail ?

Les cotisations prestations familiales ?

Les cotisations formation professionnelle ?

Je vous laisse deviner dans quelles poches toutes ces ‘charges’ tombent. Celles des salariés.

Les charges ne sont pas une taxe aveugle prélevée sur les salaires sans contrepartie. C’est du salaire indirect, du salaire mutualisé, redistribué. Qui va vers les vieux, les malades, les handicapés, les familles…

Avant de chercher à imiter la Chine, on pourrait regarder où part vraiment l’argent des entreprises. Un indice : la répartition entre salaires et dividendes a basculé en faveur de ces derniers il y a 30 ans. Ça fait combien de temps que le chômage explose ?

Ce poids des dividendes dans l’économie, ça s’appelle « le coût du capital ». Et ça ne fait pas les gros titres des journaux. Bizarre, hein ?

PS: J’ai entendu des malhonnêtes prétendre que puisque la nouvelle répartition était stable depuis 30 ans, il n’y avait aucun problème. C’est la même chose que dire qu’un trou dans ton porte-monnaie n’est pas grave, puisqu’il est là depuis longtemps…

, , , , , , , , , , , , ,

  1. Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :