2013-028 – [Seth Godin] Penser l’argent

A chaque fois que je lis le blog (en anglais) de Seth Godin, je me dis qu’il faudrait traduire les meilleurs en français. Il lui arrive de regrouper quelques articles et de publier un livre. Beaucoup de temps s’écoule avant que le public français ne l’ait entre les mains. Vous pouvez d’ailleurs accélérer le mouvement en traduisant une partie de l’avant dernier qui sera publié chez Diateino.

Je pense régulièrement à traduire ses articles, notamment les plus courts. J’ai beaucoup apprécié sa dernière livraison, je l’ai donc traduite. Alors qu’elle est plutôt longue, va comprendre. Bon, celui-ci m’a beaucoup plu parce qu’il reprend une bonne partie des idées que j’essayais d’inculquer à mes élèves en cours d’économie.

Penser l’argent (Thinking about money)

Les directeurs marketing font des heures sup pour entretenir notre confusion envers l’argent. Ils profitent de notre incompréhension de la valeur temporelle de l’argent, de notre aversion à lire les petites lignes, de notre besoin enfantin de gratification immédiate et, surtout, de notre connexion émotionnelle conflictuelle avec l’argent.

Entretenir la confusion des clients envers l’argent peut être rentable, si c’est un truc que vous êtes prêt à faire.

Quelques points à garder en mémoire :

  1. La quantité d’argent que vous avez n’a aucun lien avec être ou pas quelqu’un de bien. Être doué avec l’argent est un peu comme être bon aux cartes. Les gens doués aux cartes ne sont pas meilleurs ou pires que les autres. Ils sont juste meilleurs à la belote.
  2. L’argent dépensé pour une chose est le même que celui dépensé pour une autre. Des frais inutiles de 500$ sur un prêt immobilier d’un million d’euros sont autant d’argent qu’un pourboire de 500$ au McDo.
  3. Si vous empruntez de l’argent pour gagner de l’argent, vous avez fait quelque chose de magique. D’un autre côté, si vous vous endettez pour payer vos factures ou acheter quelque chose d’inutile, vous avez fait un truc stupide. Stupide, court-termiste et finalement nuisible pour vous.
  4. En lien avec le 3. : se désendetter aussi vite que possible est la meilleure chose à faire. Si vous avez besoin d’une preuve, demandez à quelqu’un qui a de l’argent de vous montrer les maths. Indice : les banques de crédit font plus de profit que n’importe quelle autre entreprise dans le monde.
  5. Il n’y a pas de différence (en termes d’argent possédé) entre dépenser de l’argent et ne pas gagner de l’argent. Pas de différence entre ne pas dépenser de l’argent et avoir une augmentation (en fait, à cause des impôts, il est préférable de choisir la non-dépense). Si vous avez le satellite et un téléphone portable, vous dépensez 720€ par an. L’équivalent d’une augmentation de 1000€ par an.
  6. Si l’argent est un sujet d’émotion pour vous, vous venez de mettre le doigt sur une grosse part du problème. Personne ne devient un bon bricoleur en ayant un problème émotionnel avec les marteaux. Mettez vos problèmes émotionnels là où ils doivent être, et voyez l’argent comme un outil.
  7. Comme tout sujet professionnel important, l’argent a son propre vocabulaire. Il ne vous faudra pas longtemps pour apprendre le sens de coût d’opportunité, investissement, dette, effet de levier, points de base et dépense à coûts perdus, et ce ne sera pas du temps perdu.
  8. Ne vous engagez pas dans un contrat ou un investissement que vous ne comprenez pas au moins aussi bien que l’autre partie de la transaction.
  9. Si vous avez un travail, un vrai travail quotidien, voici venu le temps de trouver un moyen de gagner un peu d’argent en plus. Bosser en indépendant, vendre sur eBay, monter une boîte – 600€ par mois durant les 20 prochaines années vous apporteront la tranquillité d’esprit pour le reste de votre vie.
  10. Les probabilités qu’un boursicoteur soit chanceux avec ses actions ou en investissant sont inexistantes.
  11. La façon dont vous donnez votre argent à de bonnes causes a beaucoup à voir avec ce que vous ressentez envers l’argent.
  12. Ne commencez pas à confondre l’argent et la sécurité. Il y a beaucoup de façons de sécuriser sa vie, en commençant par les histoires que vous vous racontez, les gens dont vous vous entourez et le niveau de vie que vous choisissez. L’argent est une des façons de sentir sécurisé, mais l’argent seul ne peut pas vous offrir la sécurité.
  13. Les riches qui ont été poursuivis pour délit d’initié ne risquaient pas tout pour gagner encore plus d’argent, et pour la sécurité qui va avec. En fait, c’est clairement l’opposé qui se passe dans ce cas. Le besoin insatiable d’argent est directement (et ironiquement) lié au fait d’être confus à propos de ce qui apporte réellement la sécurité. Comme beaucoup sur ce chemin, ils n’ont désormais ni argent ni sécurité.
  14. Dans notre culture, gagner plus d’argent semble une victoire, et la victoire semble être la finalité.
  15. Dans les groupes, plus d’argent ne rend pas les membres plus heureux. Apprendre à bien penser son argent, par contre, rend généralement plus heureux.
  16. Sur le long terme, faire un travail important apporte plus de bonheur que faire un travail qui est simplement profitable.

Je ne suis pas d’accord avec tout. Ou du moins, je n’accorde pas la même importance à tout.

Le 1. est crucial.

J’illustrais le 2. avec l’exemple suivant : vous êtes prêt à traverser la ville pour économiser 50€ sur un autoradio à 100€. Vous ne traverserez pas la ville pour économiser 50€ sur une voiture à 20 000€. Le résultat final est pourtant strictement le même : traverser la ville pour économiser 50€ ! Ioudgine l’a fait dans un article à mourir de rire sur la vente de son appartement : en laissant le four, elle fait monter les négociations de 20 000€.

Le 5. est crucial. S’il vous manque 200€ par mois, il est bien plus facile de trouver 200€ d’économies par mois que 200€ de nouveaux revenus par mois.

Le 12. devrait être en tête de tous ceux qui rêvent de quitter leur boulot. Je ne dis pas de le faire n’importe quand ou n’importe comment, mais on a, jusqu’à preuve du contraire, qu’une seule vie.

Barbara l’a dit mieux que moi  : Que tout le temps qui passe, Ne se rattrape guère, Que tout le temps perdu, Ne se rattrape plus.

PS: dear Seth, I hope you won’t mind me translating this article. If by extraordinary it was a problem to you, I’d immediatly transform this article in a sum of quotes from the original article.

Edit : Seth m’a répondu. Il a dit « Merci !« 

, , , , , , , , , ,

  1. #1 par botras olivier le 2013/06/30 - 22:43

    que dire de plus qu’encore une fois tu me conforte dans certaines de mes réflexion….
    tu m’oblige à réfléchir et j’adore ça ^_^
    continue ton blog juste pour moi !

  2. #2 par Achernar le 2013/07/01 - 15:36

    Le point 8 me paraît utopique (pour le côté contrat ; pour le côté investissement ça me paraît avisé). Bien sûr qu’on comprend les contrats moins bien que les banquiers et leurs services juridiques. Peut-être pourrait-on plutôt dire : faites un effort pour comprendre et, si c’est incompréhensible après cet effort, demandez conseil. De plus, les contrats s’inscrivent dans un environnement de droit. Les banquiers ont une obligation de conseil avec leurs clients, il me semble. Si mon banquier m’escroque, je peux l’attaquer en justice.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :