113 – Pour nos gouvernants, Internet est un gadget. Diraient-ils la même chose des voitures ou de l’électricité ?

J’aurais pu faire un article sur le groupe de Rap 113, mais en fait, non.

Je parlais il y a 2 mois des révolutions technologiques en cours.

Évidences

Il vous paraît évident que n’importe quelle entreprise a besoin d’une route a proximité de ses locaux. On n’installe pas son usine ou son magasin au sommet d’une montagne accessible par hélicoptère, ou à dos de mulet.

Il vous paraît évident que n’importe quelle entreprise a besoin d’électricité pour fonctionner. Ne serait-ce que pour l’éclairage de ses locaux.

Il vous paraît évident que l’immense majorité des entreprises a besoin d’un téléphone. Même si aujourd’hui les téléphones mobiles ont tendance à rendre les téléphones fixes moins indispensables.

Et pourtant…

Et pourtant, rien n’a été fait par le gouvernement pour développer dans tout le pays un réseau Très Haut Débit digne de ce nom.

Alors qu’aujourd’hui, c’est le nouveau réseau nécessaire au développement économique. Comme l’a été le réseau routier en son temps. Comme l’a été le réseau électrique en son temps. Comme l’a été le réseau téléphonique en son temps.

Paroles, paroles, paroles

Oh, bien sûr, nous avons eu droit en 2008 à l’annonce d’un grand Plan Numérique 2012.

Le journal reflets.info a publié un bilan de ce plan. Je vous laisse le lire, c’est édifiant.

Deux points sont représentatifs de l’importance accordée au secteur numérique en France :

Et en 2012, la réalité numérique de la France, c’est qu’on vient à peine de dépasser la Roumanie en terme de pseudo très haut débit mais toujours pas en fibre optique ! La France est un quart-monde numérique.

Et surtout, sur le site du ministère de l’industrie, la partie traitant du Plan Numérique 2012 est définie comme ne devant pas apparaître dans les moteurs de recherche.

Conclusion

De la même manière que l’agriculture en son temps, suivie par l’industrie, les transports, le téléphone fixe, puis mobile, le développement d’Internet doit être la priorité du développement économique.

La question n’est pas de savoir combien ça va coûter. La question est tout simplement que ne pas mettre en place cette infrastructure, c’est exactement comme refuser de construire des routes, des chemins de fer ou des réseaux électriques durant le siècle passé. Ça paraît con. C’est pourtant ce qui est en train de se passer.

Probablement parce que la majorité des sexagénaires, des septuagénaires et des octogénaires qui occupent les plus hautes fonctions de l’État ne voient en Internet qu’un moyen un peu plus rapide d’envoyer une lettre. Alors que nous n’avons pas fini de voir ce que la communication quasi-instantanée entre plusieurs centaines de millions d’humains peut produire. Loin de là.

, , , , , , ,

  1. Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :