105 – Article invité 1/X : Sébastien nous parle de l’énergie du futur

Mercredi 21 mars 2010, Denis Baupin, adjoint (Europe Écologie – Les Verts) au maire de Paris, chargé du développement durable, de l’environnement et du plan climat, était à Caen pour une réunion publique. Le thème était « Se libérer de notre dépendance aux énergies fossiles et au nucléaire« .
Une des phrases qu’il a prononcé a fait réagir une personne présente dans la salle, qui a souhaité réagir. Comme je trouve sa réaction très intéressante, je lui ai proposé d’en faire un article pour ce blog. Il sera suivi d’autres articles, d’au moins un autre auteur.
Une petite réflexion suite à un argument avancé par Denis BAUPIN lors de la réunion publique EELV sur l’énergie au Quartier Ste Therese : « sortir du nucléaire c’est « facile ». « Regardez les japonais ont fermé toutes leurs centrales suite au drame de Fukushima… preuve que c’est une question de volonté politique« 
C’est oublier que pour compenser le Nucléaire, et malgré des actions de maîtrise de la demande d’électricité, les japonnais ont multiplié par 4 leur consommation de pétrole pour produire de l’électricité !!!
Il est urgent d’expliquer qu’il ne suffira pas d’isoler des bâtiments, de planter des éoliennes ou d’installer quelques centrales biomasse et que tout continuera comme avant.
La fin du pétrole bon marché, c’est la fin de notre économie et de notre modèle de société tel que nous le connaissons aujourd’hui.
Bien sûr, dit comme ça, un peu brutalement ça peut sembler loufoque. Mais quand on creuse le sujet, il apparaît clairement que c’est ce qui nous attend (il suffit de lire les rapport vraiment indépendants sur le Pic Pétrolier pour s’en rendre compte).
Refuser de le dire, c’est refuser de l’anticiper, refuser de l’anticiper, c’est aller droit dans le mur… et je trouve que les écolos ne sont pas clairs sur ce point, loin de là.
Qu’on ne se trompe pas, je suis antinucléaire. Le Nucléaire n’est pas durable, point.
Mais d’une part il faut arrêter de dire n’importe quoi sur la facilité de sortie du nucléaire.
Ensuite en Basse Normandie, encore plus qu’ailleurs, le sujet du nucléaire occulte totalement la véritable question énergétique (suffit de relire les Communiqués de presse d’EELV BN). Et quand on pose le mauvais diagnostic, on ne peut pas trouver les bonnes réponses.
Pour approfondir le sujet voir le dernier article de l’excellent Blog de Matthieu Azanneau : Présidentielles : le débat sur l’énergie ne doit pas s’arrêter au nucléaire (bons baisers de Fukushima)

Dans sa réaction, Sébastien met le doigt sur un point crucial : même en utilisant des méthodes écologiquement aberrantes, comme la fracturation hydraulique ou le forage en haute-mer, le pétrole aura une fin. Et notre société actuelle, avec ses millions de kilomètres de route, n’existe que parce que le pétrole est notre principale source d’énergie. En conclusion, il faut imaginer dès maintenant les solutions pour nous sevrer de pétrole.

Oui, c’est sûr, c’est inquiétant. Et vivre sans pétrole aujourd’hui, c’est impossible. A titre individuel, on peut économiser, on peut réduire, mais on ne peut pas s’en passer. La solution sera collective, et c’est culpabiliser inutilement les citoyens de prétendre qu’ils sont individuellement responsables.

Cependant, ça n’empêche pas chacun de chercher une solution dans son coin, et ce sera l’objet d’un prochain article invité.

Et vous ? La fin du pétrole (dans quelques décennies) et la fin du pétrole pas cher (dès maintenant), ça vous inspire quoi ?

, , , , , , , ,

  1. #1 par Stéphane Gallay (@stephanegallay) le 2012/04/14 - 14:00

    Pinaillage mineur: ce n’est pas vraiment un article invité, plus une grosse citation commentée.

    Sur le sujet, je ne crois pas qu’il soit à l’heure actuelle impossible de vivre sans pétrole. C’est juste très, très dur et ça implique des sacrifices plus que conséquents.

    Et tout le problème est là: ce qui est vraiment inquiétant, c’est que, tôt ou tard, il va falloir faire des choix douloureux. Plus on attend, plus ils seront douloureux et, donc, impopulaires. Donc, la question, c’est comment convaincre la collectivité de prendre ces décisions avant qu’on y soit forcés et que soit très, très douloureux…

  2. #2 par Achernar le 2012/04/15 - 22:30

    Les dogmes tuent la raison, celui du nucléaire comme celui de l’antinucléaire. Même en changeant notre mode de vie, il y aura des trucs qu’on ne voudra pas lâcher, et il va falloir aller chercher l’énergie sur plusieurs fronts en dialoguant démocratiquement, ce qui n’est pas tellement le cas en France avec le choix du nucléaire.
    Inspis sur le sujet : là j’ai reçu mon exemplaire du tout juste sorti « Before the lights go out » (par la responsable de la rubrique science de Boing Boing), l’intro est déjà très intéressante. A part ça, j’ai vu récemment la prestation de Bill Gates à TED http://www.youtube.com/watch?v=JaF-fq2Zn7I

  1. Flattr: rapport pour avril 2012 | Blog à part: troisième époque

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :