72 – Fabricants de mort

Lorsque j’ai écrit l’haïku d’hier, je n’avais pas d’arrière-pensée. C’est en entendant une série de haïkus écrits par des japonais après Fukushima que j’ai fait le rapprochement. Mon subconscient serait-il plus malin que moi ? (Et si oui, dois-je lui laisser la main plus souvent ? Mais comment ?)

Ce sordide anniversaire doit servir à ouvrir les yeux. Si les accidents de Three Mile Island et de Tchernobyl n’ont pas suffi, en faudra-t-il un quatrième (à Fessenheim ?) pour enfin ouvrir les yeux de notre futur président ?
Je salue ici le travail d’associations comme Sortir du nucléaire et Greenpeace, qui luttent au quotidien pour que le nucléaire sorte enfin de nos vies. J’en profite pour tirer mon chapeau aux militants qui ont démontré tout le sérieux de la « sécurité » des installations. Leur relaxe est une excellente nouvelle.
Mais j’ai toujours du mal avec les « anti ». On ne peut pas construire un programme uniquement en opposition : ça ouvre la porte à tous ceux qui répondront qu’il n’y a pas d’alternative. J’aime donc encore plus ceux qui critiquent tout en amenant une solution, comme l’association Negawatt.

Et en face ?

En face, les défenseurs du nucléaire ne reculent devant rien.

Vous trouverez chez terraeco une analyse détaillée des symboles pernicieux qui composent cette publicité. (merci pour le lien, Franck !)

Les mots ont un sens

J’ai peur de me répéter, mais les mots ont un sens. Et ceux qui sont martelés par des responsables politiques au pouvoir : les centrales nucléaires sont sécurisées, les centrales nucléaires produisent de l’énergie à un coût imbattable, les centrales nucléaires donnent un travail à des milliers de gens, les centrales nucléaires garantissent l’indépendance énergétique de la France.

A Caen au mois de février, Eva Joly a rappelé la nullité de ces trois arguments.

Enfin, j’ai appris ce matin que Hayao Miyazaki travaille sur un film qui s’inspirera de Fukushima. Je préférerais que ce génie puisse consacrer son temps à des projets plus enthousiasmants…

, , , , , , , , , , , ,

  1. #1 par Brodeuse du Phare le 2012/03/12 - 08:01

    Pardon de m’inscrire en faux, mais vois-tu, si on sortait réellement du nucléaire, je me retrouverais à habiter dans une région fantome. Oui parce que vois-tu, sur Cherbourg, c’est assez simple : sois tu travailles sur les sous-marins (qui n’avancent plus au charbon depuis quelques années déjà), sois tu travailles à l’usine de retraitement de la Hague, soit tu travailles à la centrale de Flammanville (bon ok elle est un peu plus loin sur la côte), soit tu travailles pour tous les gens qui travaillent dans l’un ou l’autre de ces sites. Qu’on en ferme un seul, et c’est tout le nord du département qui ferme, chûte de l’immobilier, taux de chômage et d’alcoolisme en hausse (sisi, chuis sure pour l’alcoolisme). Et moi ça me ferais bien chier, vu que j’ai un mari (seul revenu digne de ce nom du foyer) qui fait des sous-marins (nucléaires, donc, pour les plus lents) et que ma maison ne vaut déjà pas bien cher, et j’aimerais la vendre pour plus d’un euro symbolique. Donc sortir du nucléaire parce que c’est pas joli-joli (hu hu pardon), euh oui mais non en fait. Oui c’est égoïste, pardon de ne pas vouloir tout perdre au nom des idéaux, chuis qu’une sale matérialiste.

    Je n’ai rien du tout contre les autres formes d’énergie et j’ai bien conscience de l’enjeu écologique, je me dis juste que de toute façon il faudra bien continuer à produire autant (voire plus) et qu’on finira de toute façon par acheter notre énergie ailleurs. Par exemple dans des pays qui n’en auront rien à foutre de sortir du nucléaire (au hasard… la Chine ?) et qui produiront ça comme des cochons qui s’en foutent bien de la sécurité de leurs centrales… Enfin moi je préfère encore du nucléaire Français.

    • #2 par Stéphane Gallay (@stephanegallay) le 2012/03/12 - 10:19

      Je vais être franc: les gens qui disent « oui, ça tue/pollue/exploite des enfants/tue des chatons, mais ça crée des emplois » n’ont pas droit à beaucoup de sympathie de ma part.

      La sortie du nucléaire signifie peut-être la mort d’une filière, mais ça peut aussi vouloir dire la création d’une autre, potentiellement bien plus intéressante (cf. l’exemple de l’Allemagne, qui va créer plus d’emplois en sortant du nucléaire).

      • #3 par Brodeuse du Phare le 2012/03/12 - 13:34

        Ben c’est à dire que cet emploi-là paie mon crédit et me permet de bouffer, c’est égoïste de ma part, certes, mais j’y tiens un peu quoi…

        Je ne nie pas que ça créera des emplois, mais ça en détruira aussi, on ne peut pas l’ignorer, tout le monde ne pourra pas être recyclé d’une filière à l’autre d’un coup de baguette magique, et si on sort effectivement du nucléaire, mon mari sera au chômage et je perdrai ma maison, ce qui me fait un peu chier tout de même. Du coup j’ai du mal à être contre un truc qui me fait vivre, c’est tout. J’ai pas dit que j’étais pour non plus, je dis juste que financièrement parlant, en ce qui me concerne, sortir du nuclaire, ça craint du boudin.

  2. #5 par Franck Plasse le 2012/03/12 - 09:06

    A noter que la publicité d’Areva avait fait l’objet d’une contre-pub par Sortir du nucléaire http://storytelling.expertpublic.fr/2011/01/21/storytelling-by-areva-by-sortir-du-nucleaire/. L’accident de Fukushima a contraint Areva a arrêter la diffusion de sa pub. Et enfin, dernier élément d’information : bilan 2011 d’Areva = perte de 2,4 milliards d’euros.

  3. #6 par Cyril P le 2012/03/12 - 15:08

    Puisque tu es dans l’actualité politique et que les mots ont un sens, peut-être pourrais-tu nous parler de l’incroyable usage du mot « Europe » par certains qui remettent en question ses avancées ?

    • #7 par unjouruneidee le 2012/03/14 - 09:11

      Vaste sujet, à propos duquel je ne suis pas le plus à l’aise. Mais je note l’idée dans un coin…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :