59 – Lequel de vos professeurs vous a marqué ?

Nous sommes tous passés par un système scolaire. Il est peu probable que vous ayez appris à lire tout seul (bien que ce soit le cas d’au moins une de mes lectrices, ainsi que d’Isaac Asimov, par exemple).

L’école est, après les parents (et encore, on peut discuter de l’ordre), le principal endroit où se forge notre personnalité. Les enfants sont très malléables. Un professeur qui suscite l’intérêt pour sa matière sera déterminant dans le développement d’un enfant.

D’après mon expérience, le professeur qui fera la différence, ce n’est pas celui qui tente de faire ingurgiter sa matière à ses élèves. C’est celui qui éveille la curiosité, et qui pousse l’élève à chercher une solution aux problèmes qu’on lui pose. Et à ceux qu’il se pose lui-même…

Jean-Paul Jouary a traité de l’éducation dans cet article, par le prisme des programmes des candidats à l’élection présidentielle. L’actuel gouvernement applique une conception bien précise de l’éducation : elle viserait à former des employés exécutants, incapables d’esprit critique. Je cite : « tout ce qui de près ou de loin est au cœur de la réflexion, de l’esprit critique, de l’épanouissement personnel, de la créativité, est ouvertement et activement attaqué, les horaires réduits, les postes supprimés, le travail en demi classe annulé« .

Que tous les enseignants qui reconnaissent leur situation commentent ci-dessous…

Le point central de l’article, c’est ce passage :

L’école doit-elle offrir des contenus à apprendre, c’est-à-dire à prendre tels qu’ils sont ? Ou bien l’école doit-elle, à travers l’enseignement de ces contenus, inviter à apprendre en apprenant à apprendre et à comprendre, ce qui suppose que chaque élève développe en lui une culture critique et active qui l’associe en profondeur aux événements pédagogiques ? Certes, toute éducation est bien forcée de lier ces deux dimensions, mais qui ne voit que la seconde devient une exigence croissante, à mesure que s’accroît la vitesse du mouvement des sociétés ?

Bref, la meilleure méthode pour produire des citoyens dociles, c’est de leur présenter un savoir achevé, indiscutable, qu’ils absorberont sans aucun recul.

Je me sens concerné par ces questions à trois niveaux. Tout d’abord, en tant qu’ancien élève. Réfléchir à mon parcours scolaire m’a aidé à comprendre pourquoi je bloquais sur certaines matières, et pas sur d’autres.

Ensuite, en tant qu’enseignant non formé à la pédagogie, il m’est nécessaire de réfléchir à ma pratique. Je reproduis souvent des techniques reçues (subies ?) durant ma scolarité. Mais sont-elles vraiment les meilleures pour que mes élèves apprennent bien ?

Enfin, en tant que parent. Quand j’apprends que 20% des 4 880 places offertes au capes 2011 n’ont pas été pourvues, faute de candidats, je me dis que trois conséquences sont prévisibles :

  • Soit mes enfants se retrouveront face à une chaise vide, faute de professeur pour l’occuper
  • Soit ils verront la chaise occupée par un septuagénaire, contraint de travailler pour combler son minimum vieillesse. Espérons qu’Alzheimer n’ait pas encore frappé à la porte.
  • Soit, et c’est le plus probable, ils seront face à un professeur recruté « par défaut ». Simplement parce qu’il aura pris la peine de s’inscrire au concours, dont plus personne ne veut faute d’intérêt à exercer ce métier mal payé, mal reconnu et mal encadré.

Bref, l’éducation est un sujet capital pour notre avenir. Et nous avons tous un rôle à y jouer. Comme beaucoup d’autres sujets, il est trop important pour être laissé entre les seules mains des enseignants ou des politiques…

Cet article est dédié à :

  • Mon prof de physique de 4e, ronchon mais toujours prêt à nous surprendre lors de ses expériences.
  • Mon prof d’histoire-géo de 2nde, qui n’hésitait pas à être dur, mais qui fut le premier à nous traiter en adultes. Ça passe ou ça casse !
  • Mon prof de théâtre de terminale, dont j’ai toujours les leçons en tête lorsque je prends la parole en public.
  • Ma prof de management de Master 2, notamment pour sa phrase : « Le manager, c’est celui qui ne fait rien. »

 
Ajout du 29/02/2012 : Pour ceux qui auraient des doutes sur la volonté affichée de démolir notre service public de l’éducation, allez lire « Pourquoi veulent-ils casser l’école ?« . Réponse à vos doutes assurée.

, , , , , , , , , ,

  1. #1 par peinturelu le 2012/02/29 - 10:59

    Tu sais comme c’est un sujet qui me tient à coeur, et comme il me met en colère.je pousse assez de coup de gueule sur les réseaux sociaux.
    je n’ai pas grand chose à ajouter , hormis que trop peu de gens s’en soucient.
    voir pire, je crois que la majorité de la population s’en tape.
    je partage tes questions d’autant plus que ces situations je les vis de l’intérieur j’ai vu des jeunes profs des écoles sans formation qui débarquent complètement largués,les suppressions de postes on fait pas que de s’en plaindre on les vit, bref je ne vais pas m’étaler la liste est longue.
    une chose est sûre: les gens sont trop préoccupés par la crise, leurs crédits, leur boulot qui peut sauter, et quand même ,du moment que les gamins sont à l’école toute la journée (et surtout avec un enseignant qui ne fait pas grève c’est mieux) tout va bien.
    rien ne changera tant que les parents des élèves ne se mobiliseront pas pour sauver l’école.
    parce que les enseignants, avec les vacances qu’ils ont et la sécurité de l’emploi quand ils font grève c’est pas crédible aux yeux des gens.
    regarde encore là: tu vas pas me faire croire que parmi les gens qui fréquentent ton blog y a pas des personnes qui ont des enfants scolarisés qui pourraient s’inquiéter ou échanger?
    c’est comme sur FB, si tu mets une chanson à la mode t’as 15 partages si tu postes un document alarmant sur la situation de l’école en France,t’as deux copines instits qui cliquent sur j’aime.
    bref, je suis blasée, je crois que personne ne réalise.

    • #2 par unjouruneidee le 2012/02/29 - 11:51

      Tu as très justement souligné le décalage entre ce que pourrait être l’école – un lieu d’éducation et d’épanouissement – et ce que finissent par en attendre les parents : une garderie gratuite (d’ailleurs, les tarifs de la cantine ont encore augmenté, c’est une honte).
      Un de mes penseurs favoris vient de publier un manifeste pour l’école. Un texte énorme, fabuleux, fantastique, mais tout en anglais. Il est libre de droit, donc traduisible sans souci. Faut juste la main d’oeuvre. Je fais mon prochain billet dessus, tiens. Et même une série de billets, soyons fous !
      Pour faire court, son texte est composé d’une étude de l’origine de l’école actuelle (très surprenante !), d’un diagnostic de l’état de l’école et de nombreuses pistes de réflexions sur ce qu’elle pourrait être.
      Malheureusement, il est américain, et base donc son étude sur le système scolaire américain. Qui a de nombreux points similaires au notre, mais suffisamment de différences pour poser problème. Notre système scolaire est lourdement centralisé, et laisse très peu d’initiatives aux mains des enseignants (idem pour les directeurs et les inspecteurs).
      Et là, je me rends compte que je suis en train d’écrire mon article de ce soir dans ce commentaire…

      J’arrête là, on en reparle demain.

      PS: bon, le truc important, c’est qu’il y a des solutions, et des conseils pour amener à la prise de conscience !

  2. #3 par peinturelu le 2012/02/29 - 14:25

    Des solutions j’attends de voir….la prise de conscience j’ai beau essayer je baisse les bras.
    L’école n’est plus qu’un endroit où les enfants sont gardés , je me souviendrais toujours de cet élève il y a quelques années qui sans aucune malice m’avait demandé « mais sinon, tu fais quoi comme métier? »
    les parents consomment de l’école, viennent au service après vente quand ça fonctionne pas comme eux le veulent, et se fiche pas mal des conditions dans lesquelles leurs enfants étudient.
    Donner le goût d’apprendre, c’est une belle mission si il n’y avait que celle là ça serait super, et si elle n’était pas parasitée par prendre les rendez vous d’orthophoniste pour les parents, passer X coups de téléphone pour voir les parents, se bagarrer pour une leçon à apprendre et j’en passe….l’école, les enseignants ne peuvent pas la faire tout seul sauf qu’on leur incombe tous les maux de l’école.
    un poil blasée, hâte de lire ton document traduit. (oui, j’ai l’habilitation d’anglais pour enseigner mais on le file à tout le monde pour ne pas avoir de profs à payer pour faire anglais dans les classes de primaire et on laisse les enseignants qui parlent anglais comme une vache espagnole enseigner leur première langue aux enfants)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :