6e interruption des programmes – Sauver les gens ou sauver les banques ?

Je le disais il y a quelques jours à propos de la Grèce, il ne suffit pas de nommer un projet « plan de sauvetage de la Grèce » pour que ce soit sa finalité réelle. Les mots ont un sens.

L’ancien ministre de l’Economie argentin, Roberto Lavagna, explique dans Libération comment l’Argentine est sortie d’une situation similaire à la Grèce.

Je vous la fais courte : ce n’est pas en prenant l’argent, la voiture, la maison, et la santé des grecs, qu’on les rendra productifs. Et donc capables de rembourser leurs dettes.

Si ça vous paraît évident, allez en parler à tous les dirigeants qui exigent plan de rigueur (stupide) sur plan de rigueur (encore plus stupide)…

, , , , , ,

  1. Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :