37 – Je trouve les pauvres étonnamment civilisés. Mais pour combien de temps encore ?

Depuis le mois de mai, je suis client bénéficiaire usager dossier à traiter chez Pôle Emploi.

Pôle Emploi est un établissement public à caractère administratif. Ses missions – officielles –  sont :

  • l’inscription et la gestion de la liste des demandeurs d’emploi
  • l’accueil, l’information, l’orientation et l’accompagnement des personnes à la recherche d’un emploi, d’une formation ou d’un conseil
  • le versement des allocations
  • la prospection du marché du travail et la collecte des offres d’emplois ; l’aide et le conseil aux entreprises dans leurs recrutements ; la mise en relation de l’offre et de la demande d’emploi, en participant notamment à la lutte contre les discriminations à l’embauche et à l’égalité professionnelle
  • le recueil et le traitement des données relatives au marché du travail et à l’indemnisation des demandeurs d’emploi

Voilà pour le discours officiel.

Dans la pratique, les choses sont bien différentes

Il n’y a plus une miette d’organisation individuelle. L’agent doit s’acquitter de tâches planifiées par l’équipe de direction, et en rendre compte personnellement en fin de journée. La confiance a totalement disparu. L’infantilisation, l’asservissement sont la règle. Il ne s’agit plus de chercher des solutions pour l’usager, mais de réajuster des chiffres de production afin d’atteindre les objectifs fixés aux encadrants.

Du point de vue des D.E. (Demandeurs d’Emploi), le service fourni est à l’avenant : difficultés à obtenir des réponses claires, tracasseries administratives, documents égarés, redemandés, voire impossibles à fournir ! (véridique. Par exemple, l’URSSAF ne délivre pas de certificat de création d’entreprise daté de moins de trois mois.) Sans parler d’un règlement qui marche sur la tête, où l’on se retrouve parfois à perdre de l’argent pour conserver un emploi à temps partiel…

Le principal objectif, qui devrait être d’accompagner les D.E., est remplacé par l’amélioration des chiffres. Ce qui implique, par exemple, de radier autant que possible. Voire plus…

Nous aboutissons aujourd’hui à une situation intenable : 4 270 700 demandeurs d’emploi, toutes catégories confondues. Ajoutez à cela tous ceux qui n’apparaissent pas des ces statistiques, joliment dénommés sous-employés (1 361 000)  et vous obtenez une réalité implacable :

Que se passera-t-il lorsque tous ces chômeurs seront en fin de droit ?

Que se passera-t-il lorsqu’ils réaliseront que leurs cotisations retraite ne leur donnent droit qu’à l’Allocation de solidarité aux personnes âgées (ex-Minimum vieillesse), d’un généreux montant de 742,27 € par mois pour une personne seule, et 1.181,77 € par mois pour 2 conjoints ?

Lorsque j’ai travaillé à la CPAM, un administré a pété les plombs et planté une hache dans un comptoir, pour faire valoir ses droits. Ces cas restent rares, mais les agressions seraient en hausse à Pôle Emploi.

Le désespoir pourrait s’y exprimer encore plus violemment. Pourquoi n’est-ce pas le cas ? Peut-être parce que les usagers se rendent bien compte que leurs interlocuteurs ne sont pas des bourreaux. Mais des victimes tout comme eux

La solution est à chercher sur une vraie relance de l’emploi, par une relance de l’activité. Ce qui est tout à fait faisable.

Et vous ? Ça a donné quoi, vos contacts avec Pôle Emploi ?

, , , , ,

  1. #1 par Brodeuse du Phare le 2012/02/06 - 14:38

    Bah après m’être fait radiée deux fois, je me suis réinscrite deux fois (je suis têtue), c’est alors qu’on m’a dit qu’on ne pouvait pas m’aider, mais on m’a conseillé de me faire des relations et de faire jouer les réseaux… Depuis j’ai créé mon entreprise, et je galère tout autant, mais au moins j’ai plus à me rendre à leurs énièmes réunions obligatoires auxquelles j’ai donc assisté trois fois (puisque deux fois réinscrite) pour apprendre à trouver du boulot par moi-même (ha ha). Il t’arrive toujours des trucs de dingue à toi, c’est quoi cette histoire de hache ?!

    • #2 par unjouruneidee le 2012/02/06 - 18:03

      Le monsieur cherchait à attirer l’attention sur son dossier. Il a réussi.
      Il a aussi attiré l’attention de la justice et des services psychiatriques, en passant…

      Ton histoire me fait penser à tous ces cinquantenaires découragés par Pôle Emploi. « Ah là là, à votre âge, lâchez l’affaire, personne ne vous embauchera ! »
      Une magnifique prophétie auto-réalisatrice, bien sûr.

  2. #3 par Achernar le 2012/02/06 - 16:01

    Actuellement, j’ai l’impression que Pôle Emploi est une machine à faire diminuer les déficits nationaux mais qu’elle ne produit pas de valeur. Mais l’urgence me paraît moins économique qu’éthique.

    Que l’administration redresse un peu la tête et abandonne, pour commencer, les attitudes contraires à l’esprit de leur mission. Ce n’est pas une question de dépenser plus d’argent mais de créer un cadre dans lequel les échanges entre chômeurs et administration s’effectuent dans la dignité : la mesquinerie, la langue de bois, la bureaucratie, dégradent autant leurs victimes que leurs auteurs. Elles rajoutent un problème en sus de celui du manque de revenus des chômeurs.

    • #4 par unjouruneidee le 2012/02/06 - 18:02

      Qu’entends-tu par « machine à faire diminuer les déficits nationaux » ?
      Parce que radier un chômeur, ça fait certes des économies à court terme, mais ça fait aussi quelqu’un qui ne consomme plus, et qui va consacrer ses maigres ressources à survivre plutôt qu’à utiliser sa force de travail pour enrichir le pays…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :