14 – Lorsque je serai mort, merci de m’y envoyer

Philipe José Farmer est mort

Et c’est bien dommage. Fort heureusement, il nous a laissé un fabuleux souvenir de son passage sur notre Terre (par opposition à toutes les autres, où il n’a jamais mis les pieds).

(Toute ressemblance avec un billet ayant déjà existé serait purement fortuite)

Ce souvenir, c’est une masse colossale de bouquins, plus de 50 romans, une centaine de nouvelles. Rassurez-vous, j’ai fait le tri pour vous.

La meilleure série, c’est Le Fleuve de l’Eternité (Riverworld in english in the text), 5 tomes publiés de 1971 à 1983, mais qui n’ont pas pris une ride. On ne peut pas en dire autant de toutes les œuvres aussi âgées…

Le pitch est simple mais déroutant : chaque humain, après avoir rendu son dernier soupir, a définitivement fermé les yeux. Pour les rouvrir, allongé, au bord d’un gigantesque fleuve. Il y retrouve l’ensemble des autres humains, chauves et glabres, nus, rajeunis, et bien vivants. Et maintenant que toutes les religions se sont plantées, on fait quoi ?

On tente de reprendre ses habitudes : esclavage, industrie, exploitation, technologie, inégalités. C’est un peu plus compliqué qu’avant, la mort n’étant plus définitive. Ceux qui meurent se réveillent au bord du Fleuve le lendemain matin, reconstruits à l’identique, leurs souvenirs intacts.

Dans cet univers étrange, on croise de nombreux personnages célèbres : l’explorateur Richard Francis Burton, l’écrivain Samuel Clemens alias Mark Twain, Jean Sans Terre ou encore le Reichsmarschall Hermann Göring. Il y a même Savinien de Cyrano de Bergerac, mais c’est un ami.

La série comporte 5 tomes, qui s’intéressent d’abord à la seconde vie de toute l’humanité, puis à la raison de leur résurrection sur ces rivages inattendus. Qui a recréé les humains ? Pourquoi ? Comment ? Combien de temps cela durera-t-il ? Autant de questions qui trouveront leur réponse… ou pas !

Les couvertures de l’édition poche française font la part belle aux engins motorisés, alors qu’ils sont extrêmement rares le long du Fleuve. Bref, ne jugez pas ces livres à leur couverture.

De l’action ! De l’intrigue ! Des rebondissements ! Des complots ! Un casting énorme, des dizaines de milliards de figurants ! Du jamais vu sur notre planète !

Ah, le titre de ce billet fait référence à une autre série, le Disque-Monde, de Sir Terry Pratchett. Dans cet univers, les âmes des morts vont là où ils pensent devoir aller. Paradis, Enfer, Walhalla, Hadès, etc. Dans l’hypothèse où cela s’avèrerait vrai, je veux être envoyé dans le Monde du Fleuve. Et vous ? Où voudriez-vous que la Faucheuse vous emmène ?

PS: j’ai l’impression que, parmi mes amis lecteurs, personne ne m’a parlé de cette série. Je l’ai découverte au CDI de mon lycée, au siècle dernier. Vous la connaissiez ?

Edit du 18/01/20112 : J’ai oublié de mentionner le supplément GURPS Riverworld ! Sympa, mais le phénomène de résurrection aléatoire le long du Fleuve est vraiment très très très pénible à gérer pour un MJ…

Edit 2 : Je n’ai pas mentionné les adaptations télévisuelles. C’est normal. Il ne faut pas en parler.

, , , , , , , , , ,

  1. #1 par Achernar le 2012/01/26 - 10:43

    Il y a eu aussi un jeu vidéo il y a une dizaine d’années je pense, peu réussi paraît-il. Et, il y a une quinzaine d’années, j’ai essayé un MUSH Riverworld. Cet univers est fait pour les jeux. Je verrais bien un MMO sandbox, ça collerait tellement au contexte…

    Farmer a écrit d’autres romans abordant la mort, y compris un roman qui décrit ce qui se passe avant de naître.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :